uncategorized
21:54 27 mai 2013 | mise à jour le: 27 mai 2013 à 21:54 temps de lecture: 3 minutes

Intimidation: un drapeau à L’Odyssée donnant le signal

Depuis quelques semaines, un nouveau drapeau flotte à l’avant de l’école secondaire L’Odyssée à Val-Bélair. Il s’agit d’un moyen pour les élèves de réaffirmer leur conviction face à la lutte à l’intimidation.

L’établissement scolaire a été choisi par la Fondation Jasmin Roy pour un projet pilote. Pendant une année, la Fondation Jasmin Roy a financé l’embauche d’une personne-ressource. Des actions ont été mises sur pied dans le cadre de cette entente. Le comité VIE (violence intimidation école) a été constitué l’an dernier. Les membres ont été sélectionnés pour leur lien avec des cas d’intimidation. Leur objectif: démontrer qu’il y a de l’espoir et qu’il y a des jeunes prêts à aider.

À leur façon, ils tentent de changer les choses. Ils ont notamment produit des vidéos. Le tout a été présenté à l’école lors d’un après-midi spécial, un moyen de lancer officiellement tous les projets mis en place. D’ailleurs, une ancienne élève et ex-membre du comité VIE, Angélica Trottier, a fait un témoigne. La jeune femme a vécu de l’intimidation. Incité par le psychoéducateur et accompagnateur du comité VIE, Olivier Pereira, elle a écrit une chanson intitulée «Il serait temps». «Je ne voulais plus aller à l’école et c’est là que j’ai écrit la chanson. M. Peireira m’a fait réaliser que je n’étais pas seule à vivre ça et l’union fait la force», confie-t-elle.

L’intimidation retient l’attention non seulement du comité VIE, mais de tous les élèves et du personnel. Ils ont été invités à adopter des engagements. Le produit final a été dévoilé la même journée où le drapeau a été hissé. Le symbole trônant à l’avant de l’école a été élaboré dans le cadre d’un concours de dessin organisé parmi les jeunes de première secondaire. L’œuvre d’Élaine Tremblay a été choisie. Le drapeau est un signal annonçant dès l’arrivée la position des élèves et du personnel. «Nous à l’école, on est contre l’intimidation», fait valoir Éloïse Vallée-Blouin, une membre du comité VIE. À ses côtés, Samuel Fortier ajoute qu’il s’agit d’un moyen de se démarquer des autres.

«On veut que la communauté le sache», précise Olivier Pereira. Pour cette raison, des gestes sont aussi posés à l’extérieur des murs. Une course a été organisée la même journée à l’école à l’Orée-des-Bois à Val-Bélair. L’an prochain, le comité vise des actions avec les parents d’élèves.

À lire pour en savoir plus concernant le projet-pilote: Lutte à l’intimidation

 

L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *