uncategorized
10:11 28 novembre 2021 | mise à jour le: 28 novembre 2021 à 10:11 Temps de lecture: 2 minutes

Le SPVQ veut faire la lumière sur les arrestations musclées de vendredi

Le SPVQ veut faire la lumière sur les arrestations musclées de vendredi
Photo: Métro Média Archives

Le Service de police de la Ville de Québec a ouvert une enquête suite à l’arrestation musclée de deux jeunes hommes noirs, survenue dans la nuit du 26 au 27 novembre. Le SPVQ dit avoir pris connaissance des vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux et «s’être mis en action afin de prendre toutes les mesures nécessaires», tel qu’indiqué par voie de communiqué.

Les images troublantes de la scène montrent un policier en train de rouer de coups un adolescent qui se trouve déjà au sol, alors que des passants filment la scène et s’en prennent verbalement aux agents de la paix.

La deuxième vidéo qui circule sur les réseaux sociaux met en scène un patrouilleur qui enfonce la tête d’un autre jeune homme dans la neige en le maîtrisant.

Mise au courant des images qui font un tollé sur le web, la direction du corps policier de Québec s’est dite «grandement préoccupée» par la manière dont les choses se sont vraisemblablement déroulées.

Une enquête exhaustive est présentement en cours afin de faire la lumière sur cet évènement. «Pour le moment, le module des normes professionnelles du Service de police de Québec en est à l’étape d’identifier le ou les policiers impliqués. Les mesures seront déterminées dès que l’analyse de la preuve sera complétée», conclut l’organisation, avant d’annoncer qu’elle ne ferait aucun commentaire supplémentaire par rapport à cette histoire.

Le nouveau maire réagit

Le maire de Québec, Bruno Marchand, y est allé d’une brève déclaration sur Twitter, au cours de la soirée de samedi. Il dit entre autres être «troublé par les images qui circulent» et affirme que des mesures seront prises pour faire la lumière sur ces évènements.

La conseillère municipale de Limoilou et cheffe de Transition Québec, Jackie Smith, croit pour sa part que «ce genre d’images contribue à fragiliser le lien de confiance et le sentiment de sécurité entre certaines communautés racisées et les corps de police», comme elle le souligne dans un communiqué, dimanche matin.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.