uncategorized
09:17 5 août 2021 | mise à jour le: 6 août 2021 à 10:22 Temps de lecture: 4 minutes

Une beauportoise au prestigieux symposium de Baie St-Paul 

Une beauportoise au prestigieux symposium de Baie St-Paul 
Photo: Julie PicardEsquisse du projet déposé par l’artiste pour participer au symposium. Particularité, les œuvres n’existent pas encore.

ART ACTUEL. Julie Picard est une artiste-sculptrice originaire de Beauport. Elle a été sélectionnée pour la 39e édition du symposium international d’art contemporain ou elle travaille le papier sous les yeux du public du 30 juillet au 29 août à Charlevoix.

Native de Boischatel et résidant à Beauport, Julie Picard est lauréate d’une vingtaine de prix et de bourses.

«Ce qu’il y a de particulier dans ce symposium, c’est que le projet que l’on dépose, il n’existe pas encore, c’est une œuvre à produire, explique l’artiste. Le visuel s’apparente à ce que je vais faire mais sans exactitude.» Durant un mois, l’artiste travaille le papier sous le thème de la temporalité, et ce sous les yeux des spectateurs qui ont la possibilité d’observer les artistes en plein travail.

Invitée en 2020 par la commissaire Sylvie Lacerte, les artistes composent selon une thématique. Cette année, c’est le temps et les choses. «On s’intéresse à la temporalité dans l’art actuel», précise la sculptrice. Un défi de taille pour l’artiste dont la matière de prédilection est le papier, «c’est un honneur d’avoir été sélectionnée parmi de nombreuses pointures et d’être repêchée cette année par la commissaire», affirme Julie Picard en évoquant l’annulation de l’événement lors de la pandémie.

Penser le papier 

Depuis plus de vingt ans, l’artiste travaille le papier avec une approche écologique en utilisant du papier récupéré. «C’est un travail à la fois scientifique, poétique et technique sur les propriétés physiques du papier». La sculptrice recherche l’interprétation du matériau et sa symbolique. «Le papier journal a un potentiel critique, il parle de l’actualité, des nouvelles, illustre-t-elle. C’est un condensé de l’information qui parle de notre époque, un témoignage de notre société.»

«Je suis une enfant du tri sélectif et du recyclage et ma pratique artistique intègre l’approche écologique.»

Julie Picard

Dans son art, Julie Picard propose «une relecture de l’actualité sous la forme sculpturale». Celle qui affirme aimer «voir les choses autrement» offre une réinterprétation du temps au symposium de Baie St-Paul. 

L’épreuve de la temporalité

«La thématique du temps m’a inspirée le travail du quotidien, pris au sens large. Je vais donc travailler à partir d’un journal et le transformer en capsule temporelle». L’artiste utilise les techniques de travail du papier qu’elle a acquises durant sa carrière pour représenter la temporalité et le passage du temps sur la matière. «Je transforme la matière éphémère en matière solide comme une pétrification du papier, détaille-t-elle. Je vais m’amuser à transformer la feuille en roche, en lui faisant subir des transformations physiques et chimiques, en la travaillant dans l’eau, avec la chaleur, le soleil… À la manière des roches qui subissent le temps et la pression atmosphérique mais moi, c’est à l’échelle d’un mois.»

Les couches de papier obtenues sont par la suite compactées et intégrées dans des bocaux en verre de laboratoire dans le but de symboliser «des lignes de temps comme une sédimentation quotidienne couche après couche de la temporalité qui passe», analyse-t-elle. 

À la fois poétique, esthétique et technique, les réalisations de la sculptrice vont questionner «notre rapport au temps, à sa durée, à l’éphémère versus le durable».

Un événement d’envergure 

Le symposium de Baie St-Paul est un événement majeur dans le milieu artistique québécois. Reconnu internationalement, il a été créé en 1982 par Françoise Labbé et en est à sa 39e édition cette année. Le symposium consiste à représenter le travail des artistes et la création en direct, les ateliers sont ouverts au public. Douze artistes, dont la beauportoise Julie Picard, sont présents du 30 juillet au 29 août au Pavillon Jacques Saint-Gelais Tremblay à Baie-Saint-Paul. 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *