uncategorized
16:39 3 avril 2021 | mise à jour le: 3 avril 2021 à 16:39 temps de lecture: 2 minutes

Le Code des filles combat l’isolement

Le Code des filles combat l’isolement
Des filles s’intéressant au codage de robots. Photo Métro Média – Archives

Entraide. Plusieurs adolescentes faisant partie de l’organisme Le Code des filles (LCDF), qui prône l’égalité dans les domaines du numérique, n’ont pas chômé pendant la pandémie. Elles ont démontré de la débrouillardise en mettant sur pied plusieurs initiatives pour sortir les jeunes de leur isolement.

Elles ont été particulièrement actives pendant la fermeture de l’École Freinet en raison d’une éclosion. Les élèves de l’école primaire devaient suivre des cours à distance, mais plusieurs d’entre eux ne possédaient pas l’équipement informatique nécessaire. LCDF a prêté à 25 élèves le matériel nécessaire pour poursuivre leur apprentissage en ligne. Elles ont également pris l’initiative de prêter de l’équipement informatique à 2500 jeunes et quatre écoles de la région de Québec du mois de septembre à décembre.

«C’est très important d’aider lors d’une situation difficile comme celle de l’école à distance en tant de pandémie. Nous sommes fières que nos efforts fassent une différence pour que les jeunes puissent donner le meilleur d’eux-mêmes avec les bons outils technologiques», précise la présidente du comité exécutif de LCDF, Sarah Jarvis.

Formations

En mars 2020, l’organisme a également offert une dizaine d’ateliers virtuels gratuits. Lors des séances, plusieurs sujets en lien avec le numérique ont permis à une centaine de jeunes de sortir de l’isolement en rencontrant virtuellement d’autres jeunes.

LCDF a également lancé le Défi 10 000 heures de code ensemble en encourageant les jeunes de la région de Québec à réaliser des activités pédagogiques reliées à l’industrie numérique. Un total de 59 819 heures a été compilé grâce à la participation de 41 écoles. Parmi les écoles participatives, deux écoles primaires et cinq écoles secondaires se sont partagés du matériel informatique d’une valeur de plus de 50 000$.

Voici les propos d’Yves Savard, directeur général adjoint du centre de services scolaire des Premières-Seigneuries: « Donner la possibilité aux jeunes d’explorer, de faire appel à leur créativité avec les technologies, c’est là une action inspirante pour leur permettre d’aller plus loin dans leurs apprentissages.»

Les personnes désirant en savoir plus sur l’organisme peuvent consulter le site web www.lcdf.ca.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *