uncategorized
18:42 17 novembre 2020 | mise à jour le: 17 novembre 2020 à 18:42 temps de lecture: 4 minutes

Le projet Laurentia en eaux troubles

Le projet Laurentia en eaux troubles
Le projet de conteneurs Laurentia est menacé. Capture d’écran site web projet Laurentia

Environnement. L’Agence environnementale du Canada a rendu public son rapport provisoire sur le projet Laurentia du port de Québec. Le rapport mentionne que le projet de conteneurs aura des effets environnementaux négatifs importants.  

La directrice générale de Nature Québec, Alice-Anne Simard. Photo gracieuseté

Une situation qui fait la joie de plusieurs organismes environnementaux, mais pour la directrice générale de Nature Québec, Alice-Anne Simard, ce n’est pas encore le temps de crier victoire.

«C’est certain que nous sommes très heureux. Cela fait des mois que l’on mentionne que le projet Laurentia a de nombreuses failles autant sur le plan de l’environnement que sur le plan de l’acceptabilité sociale et de voir des experts indépendants arriver aux mêmes conclusions, c’est satisfaisant. Même si le rapport provisoire n’émet pas de recommandation au ministre, il est catégorique sur les effets néfastes que le projet pourrait avoir sur l’environnement. L’aspect économique n’est pas assez important pour justifier un tel projet.»

Le combat continue

À la lumière du rapport, la coalition SOS Port de Québec, qui comprend six organismes environnementaux, dont Nature Québec, demande deux choses.

«Nous voulons simplement qu’il n’y ait aucune autorisation gouvernementale d’émise pour le projet et qu’il n’y ait aucun argent public d’accordé au projet. Le rapport de l’Agence est clair et Laurentia nuit à l’environnement en plus de détruire l’un des deux seuls habitats d’une espèce menacée (le bar rayé). Nous allons continuer d’exercer de la pression politique pour ce que l’on pense être légitime et nous invitons la population à s’exprimer alors que les consultations publiques sur le rapport préliminaire sont commencées. Il est important que les gens continuent de s’exprimer contre le projet alors que les commentaires seront pris en considération par l’Agence d’évaluation d’impact du Canada.»

Appuis politiques

Deux conseillères d’Équipe Labeaume ont brisé le consensus qui existait sur l’appui municipal à ce projet alors que Suzanne Verreault et Geneviève Hamelin se sont prononcées en défaveur du projet à la lumière du rapport provisoire. Une situation qui n’est pas passée inaperçue pour Alice-Anne Simard.

«Ce n’est pas bénin comme geste. Je salue d’ailleurs les deux femmes qui ont eu le courage de placer les intérêts de la population avant ceux de leur parti politique. D’ailleurs, les deux conseillères sont celles qui restent dans les districts les plus proches du projet. Je crois également que le rapport va faire boule de neige et je suis confiante de voir d’autres appuis. Le député fédéral Jean-Yves Duclos a prôné la patience depuis le début du processus, mais je pense qu’il ne pourra pas fermer les yeux devant les lacunes du projet Laurentia. Je perçois même une ouverture dans le discours du maire Labeaume pour possiblement changer son opinion.»

Rien ne change

Du côté du Port de Québec, le rapport ne semble pas avoir fait broncher l’administration qui mentionnait par voie de communiqué que le rapport ne tient pas compte des nombreuses mesures proposées pour rendre le projet respectueux de l’environnement.

Le port désire faire la démonstration de tout cela au cours des consultations publiques qui ont lieu avant le dépôt du rapport final.

Le maire Labeaume a souligné de son côté être toujours en faveur du projet, mais il a reconnu ne pas avoir lu encore le rapport provisoire.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *