Actualités
16:18 11 août 2020 | mise à jour le: 11 août 2020 à 16:22 temps de lecture: 3 minutes

ASEPT-UV: le robot qui fait trembler la COVID-19

ASEPT-UV: le robot qui fait trembler la COVID-19
Xavier Azoulay et Roger Vigneault étaient fiers de présenter le robot ASEPT-UV. (Photo Métro Média – Jean Carrier)

TECHNOLOGIE. Avec maintenant un chiffre d’affaires qui atteint les 60% du total de l’entreprise axé sur le combat au coronavirus, Qualinet a poursuivi dans cette voie en faisant l’acquisition d’un robot destiné à la désinfection des tours à bureaux. ASEPT-UV est tout simplement un robot anti-COVID selon le président de l’entreprise québécoise Claxatech, Xavier Azoulay.  

«Le robot utilise une technologie de désinfection par rayonnement UVC comme on peut voir dans les hôpitaux. C’est extrêmement efficace et cette technologie existe depuis 40 ans. Ça tue 99,99% de tous les virus avec plusieurs recherches à l’appui. Il existe plusieurs robots de ce type dans le monde. Ce qui distingue l’ASEPT-UV, c’est qu’il utilise également un échangeur d’air pour bien stériliser la pièce. C’est très utile pour éliminer un virus qui utilise également l’air ambiant pour se propager. L’autre point important est l’autonomie du robot et sa facilité d’utilisation. Ces raisons ont poussé Qualinet à faire son acquisition», explique le dirigeant qui s’occupe de vendre le robot.

L’ASEPT-UV utilise six lampes UV de 55 Watts chacune de marque Philips. (Photo Métro Média – Jean Carrier)

Un beau complément

Pour l’entreprise qui a son siège social à Beauport, le robot viendra compléter son offre de services. «Le robot offre une désinfection simple et rapide. On a encore des gens sur le terrain et le robot viendra supporter ce côté manuel. C’est le premier d’une série de six robots que nous voulons acquérir. Il sera opérationnel dès la semaine prochaine», affirme le directeur des opérations chez Qualinet, Roger Vigneault.

Autonomie

L’ASEPT-UV possède deux options d’utilisation pour son propriétaire. «On peut le contrôler entièrement manuellement avec l’aide d’une tablette et on peut également scanner et cartographier l’endroit qu’il doit aseptiser et le programmer à l’avance. Il pourra alors travailler en toute autonomie pendant huit heures. Il provient d’un manufacturier chinois d’une très bonne réputation et sa technologie est très fiable. Je le répète, il n’y a aucun virus qui lui résiste», termine Xavier Azoulay

Demande importante

Selon le fondateur de Qualinet, Éric Pichette, le robot qui se vend 55 000$ représente un investissement qui en vaut la peine. «Les propriétaires d’immeubles et d’entreprises demandaient à Qualinet des processus de désinfection rapides et complets sans avoir à fermer les édifices trop longtemps. Notre robot peut maintenant agir sans suspendre les opérations courantes de l’entreprise.»

Un exemple de cartographie qui est utilisé pour que le robot puisse opérer en solo. Il est également équipé de capteurs qui l’empêchent d’entrer en contact avec des obstacles sur son passage. (Photo Métro Média – Jean Carrier)

 

Démonstration vidéo IMG_6015 (1)

Articles similaires

10:00 26 décembre 2011 | mise à jour le: 26 décembre 2011 à 10:00 temps de lecture: 3 minutes
Le robot gestionnaire

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *