uncategorized
14:03 2 juillet 2020 | mise à jour le: 2 juillet 2020 à 14:03 Temps de lecture: 3 minutes

Se réapproprier les rues avec des autocollants

Se réapproprier les rues avec des autocollants
Gabrielle Labonté insiste sur le fait que les autocollants peuvent servir dans tous les types de quartiers qui utilisent les bacs résidentiels. (Photo gracieuseté – Laëtitia Boudaud)

TRANSPORT. Un peu à bout de nerfs de voir les automobilistes circuler trop rapidement dans leur quartier résidentiel, deux parents ont eu l’idée d’utiliser les bacs roulants résidentiels pour faire passer leur message. Gabrielle Labonté et son conjoint sensibilisent les automobilistes à être plus prudents et à respecter les limites de vitesse avec des autocollants.  

«La première chose qu’il faut mentionner c’est que nous sommes des grands utilisateurs de la rue. Je fais de la course à pied avec mon conjoint et nos enfants aiment beaucoup jouer dehors. Il y avait une problématique avec les automobilistes qui roulaient trop rapidement dans notre quartier. C’est à ce moment que nous avons eu l’idée d’utiliser les bacs résidentiels pour faire de l’affichage préventif. Nous avons donc créé notre entreprise Affichage 4A», explique la mère de famille de deux enfants de quatre et deux ans.

Un message sans ambiguïté. (Photo gracieuseté – Laëtitia Boudaud)

Projet approuvé par le gouvernement

Pour les deux résidents de Stoneham, il était impératif d’avoir l’accord des autorités avant de commencer le projet pilote. «Au début, notre premier autocollant indiquait la limite de vitesse ce qui contrevenait au Code de sécurité routière. Nous avons fait les correctifs nécessaires et le ministère des Transports a donné son accord à notre projet. Nous avons différents autocollants, dont celui avec la mention Merci de respecter la limite de vitesse. La municipalité de Stoneham-et-Tewkesbury a également donné son approbation», précise l’orthophoniste de profession.

Résultats efficaces

Utilisant leur propre quartier comme projet pilote en 2019, la femme de 35 ans assure de l’efficacité de la mesure. «Il n’y a pas d’étude réalisée sur le sujet, mais ce que nous avons constaté sur le terrain c’est que les automobilistes circulent beaucoup plus lentement dès que les autocollants ont été apposés sur les bacs. C’est le but de la démarche, changer le comportement et les habitudes des automobilistes par la prévention.»

Ambition régionale

Les deux entrepreneurs ne cachent pas leur plan de faire prendre de l’expansion au projet. Éventuellement, ils souhaitent que les autocollants soient présents dans toutes les municipalités de la région. «Nous sommes en négociation avec différentes municipalités pour faire accepter le projet, mais nous n’entrevoyons pas de problème. Nous parlons également avec différents groupes de citoyens et c’est ce que nous recherchons. C’est la mobilisation des citoyens qui va aider à faire prendre de l’ampleur au projet», termine Gabrielle Labonté.

Pour ceux qui souhaitent se procurer un autocollant au coût de 10$ ou trois pour 25$, consultez le site Facebook Affichage 4A.

La famille de Gabrielle Labonté. (Photo gracieuseté – Laëtitia Boudaud)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *