Communauté
09:07 30 juin 2020 | mise à jour le: 30 juin 2020 à 10:24 temps de lecture: 3 minutes

Le Musée ambulant fait la tournée des camps

Le Musée ambulant fait la tournée des camps
Il s’agit de la deuxième tournée de camps de jour pour le Musée ambulant. L’année passée, les enfants étaient invités à faire de l’animation image par image. (Photo gracieuseté)

ÉTÉ.Le Musée ambulant, petit musée d’art mobile, se promènera de camp en camp cet été pour parler de cinéma. En collaboration avec le Festival du cinéma de la Ville de Québec, les enfants auront la possibilité d’assister à l’activité Côté court! L’expérience consiste au visionnement de courts-métrages suivi d’un exercice sur l’importance du bruitage dans les œuvres cinématographiques.

De juillet à août, près de 2000 jeunes de camps de jour à Québec pourront développer leur côté d’appréciation d’œuvre avec une activité cinématographique gracieuseté du Musée ambulant. Tout d’abord, les participants vont visionner quatre courts-métrages, dont un issu de la collection québécoise du Musée. Ce dernier est nommé Extase galactique réalisée par Carol-Ann Belzil Normand de Québec. Les films ont été choisis selon différents critères, dont l’importance des bruits, et dans le but de faire reconnaître les artistes et leur œuvre.

Pour poursuivre leur découverte, les jeunes exploreront le monde du bruitage en réalisant une trame sonore pour un court-métrage. Chaque participant aura en sa possession un bouton avec un bruit différent de ses autres camarades. «Ce sont des boutons créés à l’aide de divers éléments qui ont été récupérés. Par exemple, une pédale à machine à coudre. Ce sont d’anciens boutons qu’on peut peser dessus et qui sont reliés à notre réseau avec des sons préétablis», explique Maude Gagnon, directrice du développement des affaires et des communications.

L’exercice se fera de façon collaborative. Les animateurs questionneront ensuite les enfants sur leur choix de bruitages. «On va pouvoir l’écouter et voir les choix qu’ils ont faits. En quoi ça l’a de l’incidence? Quelles émotions ça vous fait vivre? Qu’est-ce que ça crée chez le spectateur?», ajoute la directrice.

Développer son esprit d’appréciation 

La mission du Musée ambulant est de donner une occasion à la population d’être en contact avec l’art. Le but de l’exercice est aussi de développer la capacité de chacun à considérer les œuvres. «Des fois, on voit un œuvre et on pense ne pas avoir les capacités pour l’apprécier. Notre job au musée c’est de montrer aux gens que tout peut être apprécié par chacun quand on prend le temps de s’arrêter, de poser des questions et de développer notre regard. Il n’y a pas de bonnes et de mauvaises réponses en art non plus. On développe notre appréciation, notre capacité d’apprécier et d’aller plus loin dans les œuvres. C’est ça notre approche de médiation aussi», affirme Maude Gagnon.

Les lieux de la tournée se retrouvent sur le site du Musée ambulant. (museeambulant.com)

Courts-métrages présentés
Voyagers de Gauthier Ammeux, Valentine Baillon, Benjamin Chaumény, Alexandre Dumez, Léa Finucci, Marina Roger, France (2017) 7m 33s
Turbopéra de Paul-Eugène Dannaud, Benoît De Geyer D’Orth, Antoine Marchand, Fabien Meyran, France (2018) 2m 10s
Bamboule de Émilie Pigeard, France / Belgique (2018) 9m 14s
Extase galactique de Carol-Ann Belzil-Normand, Québec (2012), 2m 11s

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *