uncategorized
15:29 15 avril 2020 | mise à jour le: 17 avril 2020 à 13:01 temps de lecture: 5 minutes

Le maire Labeaume annonce de l’aide aux petites entreprises

Le maire Labeaume annonce de l’aide aux petites entreprises
(Capture d'écran)

En conférence de presse cet après-midi, le maire Labeaume a fait l’annonce de nouvelles mesures d’aide plus de 20 M$ disponibles aux petites et moyennes entreprises (PME), dont les commerces de proximité en cette période de COVID-19. Il était accompagné du directeur général de la Ville de Québec, Luc Monty.

Ce montant est composé de 10 M$ du Programme Aide d’urgence aux petites et moyennes entreprises, nouvellement créé par le gouvernement, de 5 M$ du Fonds local d’investissement, et de 2 M$ Fonds région ruralité.

La Ville de Québec ajoute quant à elle 3,1 M$ pour les SDC ou les regroupements de commerçants en provenance du Plan commerce 2020-2022, dans lequel plusieurs mesures ont été bonifiées afin de tenir compte des nouveaux défis qu’engendre la pandémie de la COVID-19. «Même ceux qui ne sont pas regroupées formellement sont admissibles. Ces 3 M$ en subventions iront aux regroupements qui voudraient faire des promotions spéciales pour se préparer à reprendre des activités au sortie de la crise. On pense que cela va créer une solidarité entre commerçants. On va essayer d’aider le plus de monde possible», a expliqué le maire.

Une entreprise qui a reçu une subvention gouvernementale de 75% et qui aurait reçu moins de 50 000$ pourrait jumeler les deux subventions. La Ville s’occupe des subventions de 50 000$ et moins.

Aide disponible dès lundi

Dès le lundi 20 avril à 9h, la Ville sera en mesure de traiter les demandes d’aide des commerçants. Afin de garantir un retour d’appel dans un délai de 48 heures, le Service du développement économique et des grands projets a doublé son équipe dédiée à la réception et au traitement de ces demandes. Le premier chèque pourrait sortir le 4 mai.

La Ville souhaite que cette aide aille aux petites entreprises qui n’ont souvent pas droit aux aides publiques. «On veut qu’après la crise les gens de Québec retrouvent leurs ancrages chez eux, dans leur quartier, et qu’ils retrouvent le maximum de commerces de proximité qui faisaient partie de leur quotidien avant la crise. Nous souhaitons que les rues et les quartiers demeurent vivants», a déclaré le maire.

«Nous sommes pleinement conscients des enjeux liés à la relance économique à la suite de la crise que nous vivons. Ce 20 M$ nous aidera, entre autres, à soutenir rapidement notre économie locale. Nous voulons être agiles pendant la crise pour relever de nouveaux défis, dont la nécessité de précipiter le virage numérique, de promouvoir l’achat local et d’animer de façon soutenue les artères commerciales. Le commerce de proximité joue un rôle important dans la qualité de vie des quartiers. C’est notre devoir de le soutenir.»

Les commerçants sont invités à soumettre leur demande en remplissant le formulaire qui sera disponible dès le lundi 20 avril au ville.quebec.qc.ca/financement, ou en composant le 311.

Autres sujets municipaux

Le maire n’a pas eu de date approximative de la part du premier ministre concernant la relance économique et la perte des recettes fiscales. «On parle de santé, on n’a pas la réponse. Tous les projets dépendent de la protection de la santé des gens. Je vous dirais qu’un chef de gouvernement regarde l’autre en ce moment. On fait des scénarios pour parer aux éventualités, mais c’est sûr qu’on va faire face à des déficits. Mais la Ville de Québec est bienheureuse d’être en baisse de sa dette totale, ce qu’on a fait depuis plusieurs années va nous servir en ce moment», a-t-il commenté.

Les écocentres rouvriront à partir de mercredi. Les entreprises qui s’occupent de démonter les abris d’auto vont devenir des entreprises essentielles selon le maire parce que ceux-ci partent au vent. Le service des permis pour les raccordements d’aqueduc et d’égout et d’inspection vont rouvrir aussi en même temps que la construction.

Itinérants et tramway

En ce qui concerne la situation actuelle des itinérants, le maire a tenu à faire une mise au point. «Les mesures de distanciation sont aussi imposées à Lauberivière. L’édifice de l’Armée du Salut est ouvert pour ceux qui ont des symptômes. Le CIUSS envoie aussi des itinérants dans des chambres d’hôtel. On a travaillé très fort pour s’occuper de ces personnes. On ne peut rien contre les dénonciations anonymes, mais c’était une priorité pour nous et pour le CIUSS», a expliqué le maire Labeaume.

Au sujet du projet de tramway, le maire a discuté avec le premier ministre. «Effectivement nous avons discuté de ce projet, et de quelle façon on pourrait aller plus vite et investir plus vite le 3 G$ adopté par le gouvernement afin de redémarrer l’économie. Actuellement on a 600 M$.» À la question si le projet devrait être réévalué en termes de besoins face aux changements que vont provoquer la crise dans l’avenir dans le monde du télétravail, le maire a répondu : «Je pense que la deuxième voiture beaucoup de monde vont penser à leur affaire. C’est 10 000$ après impôt pour avoir une seconde voiture. Je pense que l’on pourra avec le tramway être capables de bien s’organiser autrement.»

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *