Uncategorized
14:47 21 novembre 2018

Attention à la laitue romaine

L’Agence de la santé publique du Canada fait enquête sur une éclosion d’infections à E. coli en Ontario et au Québec.

Évitez de consommer de la laitue romaine jusqu’à la fin de l’alerte.

Photo Deposit Photos

L’éclosion actuelle semble se poursuivre, car des cas de maladies liées à la laitue romaine continuent d’être signalés. Ces récents cas indiquent que la laitue romaine contaminée pourrait encore se trouver sur le marché (y compris dans les restaurants, les épiceries et tout établissement qui vend des aliments).

Puisque le risque persiste, l’Agence de la santé publique du Canada recommande aux personnes qui se trouvent en Ontario et au Québec d’éviter de consommer de la laitue romaine ainsi que les mélanges de salades contenant de la laitue romaine.

Suite à cette annonce, le 20 novembre en soirée, par mesure préventive pour la santé de ses consommateurs et ses employés, Sobeys Inc. a temporairement cessé de vendre tous les produits de laitue romaine à travers son réseau de magasins partout au pays et ce, jusqu’à nouvel ordre. Les Compagnies Loblaw limitée rappellent et retirent également des tablettes des magasins partout au pays tous les produits à base de laitue romaine.   

Voici les symptômes qui peuvent se manifester entre le premier et le dixième jour après un contact avec les bactéries :

·         des nausées

·         des vomissements

·         des maux de tête

·         une légère fièvre

·         de violentes crampes d’estomac

·         des diarrhées liquides ou sanglantes

La plupart des symptômes disparaissent au bout de cinq à dix jours. Il n’y a pas vraiment de traitement contre les infections à E. coli, autrement que de surveiller l’évolution de la maladie, assurer le confort du malade et éviter la déshydratation par une hydratation et une alimentation adéquates. Les gens qui développent des complications pourraient nécessiter des soins plus poussés, comme une dialyse dans les cas d’insuffisance rénale. Si les symptômes persistent, vous devriez communiquer avec votre professionnel de la santé.

Source : Agence de la santé publique du Canada

La Rédaction


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette