uncategorized
21:00 19 mai 2017 | mise à jour le: 19 mai 2017 à 21:00 temps de lecture: 4 minutes

Pierre Daigle : La vie après le traumatisme

TÉMOIGNAGE. « Il y a une vie après un accident comme ça ». Pierre Daigle n’est plus infatigable comme avant son traumatisme craniocérébral, mais il a toujours la flamme. 

Après s’être lancé dans les conférences pour parler des traumatismes craniocérébral et de son parcours d’entrepreneur, Pierre Daigle s’attaque à deux nouveaux projets.

(Photo TC Media – Monica Lalancette)

«L’ambition que j’avais, je l’ai encore. J’ai des projets. Tu as beau attendre assis dans le salon que le soir arrive, mais moi, ce n’est pas ça que je veux. » Pierre Daigle veut plutôt continuer à vivre sa passion et à la faire vivre.

L’ex-homme d’affaires sait trop bien que tout aurait pu s’arrêter le 2 septembre 2012. Le matin où il a fait l’accident de vélo qui l’a laissé avec un traumatisme craniocérébral sévère, l’entreprise Lessard Bicycles avait le vent dans les voiles. «J’étais la référence.»  Lorsque Pierre Daigle reviendra de ce qu’il appelle «son néant», deux ans après sa collision avec une voiture, tout avait changé. Fini, les semaines de 100 heures, la gestion des équipes, les conseils aux clients. Une fois ses multiples fractures guéries, l’une des conséquences de son traumatisme craniocérébral est qu’il se fatigue extrêmement vite. Les pertes d’équilibre sont fréquentes et parce qu’il a du mal à analyser plusieurs informations à la fois, fini la conduite. En revanche, Pierre Daigle n’a jamais mis une croix sur le vélo ni sur l’entrepreneuriat.

L’ex-homme d’affaires qui a mené au succès de Lessard Bicycles lance sa biographie Le virage du destin, les deux vies de Pierre Daigle.

(Photo TC Media – Monica Lalancette)

Sa biographie écrite par Gilles Levasseur raconte bien comment il est parti du commerce qu’il a repris de sa mère jusqu’à gérer ses trois magasins. Le livre raconte aussi sa «deuxième vie», celle après l’accident, dans laquelle il a dû braver les obstacles pour continuer à faire ce qui le passionne. Entre les deux, il y a sa femme Élaine, qui a «tout fait pour maintenir le bateau à flot» et qui livre son Journal intime d’aidante naturelle.

Projets

Après sa réadaptation, Pierre Daigle s’est lancé dans les conférences pour parler des traumatismes craniocérébraux, de son parcours d’entrepreneur et des précautions à prendre pour assurer la survie d’une entreprise en cas d’accident. L’ex-homme d’affaires est maintenant prêt à s’attaquer à deux nouveaux projets.

Si tout va comme prévu, il agira désormais à titre de mentor pour les gens d’affaires. Son autre projet, c’est de lancer la Fondation Pierre Daigle et Élaine Anctil pour les traumatisés crâniens. Avec l’engouement qu’il sent depuis le lancement de son livre, l’ancien homme d’affaires est plus certain que jamais de pouvoir démarrer ce projet avant longtemps.

Le traumatisme craniocérébral et ses séquelles demeurent méconnus du public, constate M. Daigle. Chaque cas est unique et certaines choses ne reviendront jamais, témoigne-t-il, mais certains pronostics peuvent être défiés: «J’étais condamné à la chaise roulante», relate celui qui n’a que des bons mots pour le personnel de l’Institut de réadaptation en déficience physique de Québec (IRDPQ) qui a cru à son rétablissement. Son message aux traumatisés crâniens? «Il faut vraiment leur dire de prendre leur temps… L’espoir aussi: l’espoir que les connexions vont se refaire dans leur cerveau», conclut-il.

À Québec, une première résidence dédiée aux personnes atteintes de traumatismes crâniens a ouvert ses portes à l’été dernier. 

À lire ici : Un nouveau départ pour les traumatisés cranio-cérébraux

TC Media 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *