uncategorized
16:39 11 février 2016 | mise à jour le: 11 février 2016 à 16:39 temps de lecture: 3 minutes

Les soldats de Valcartier quittent pour la Pologne

EXERCICE. Ils étaient environ 120 militaires de la base de Valcartier à dire au revoir à leur famille, hier matin, avant de quitter pour un exercice en Pologne. Les hommes et femmes de la base militaire de Québec formeront la cinquième rotation de l’Opération Reassurance.

Les troupes, composées majoritairement du 1er Bataillon, Royal 22e Régiment et du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada participeront à cette mission d’exercice qui s’étendra à l’Europe de l’Est et l’Europe centrale.

L’Adjudant-maître Martin Higgins, sergent-major de la Force opérationnelle terrestre de l’Opération Reassurance a souligné l’importance de l’appui des familles des militaires qui sont déployés. «Je profite de cette occasion pour remercier les familles de nos militaires, qui nous ont appuyés lors de nos préparations ces derniers mois et qui seront une grande source de soutien au cours du déploiement.

Reassurance est une mission de six mois auxquels les soldats sont amplement préparés selon le Major Eric Beauchamp, commandant de la Force opérationnelle terrestre. «Nos soldats sont prêts pour leur opération qui est de démontrer à nos alliés en Europe de l’Est et en Europe centrale que le Canada est prêt à faire sa part. Nous prenons au sérieux notre responsabilité de contribuer à la sécurité collective des membres de l’OTAN.»

L’un des commandants de peloton, le capitaine Mike Cefaloni, est aussi d’avis que les troupes sont bien préparées, ce qui abaisse le niveau de stress avant le départ. «Il n’y a pas beaucoup de stress parce qu’on s’entraîne pour ça depuis longtemps. On veut faire une bonne impression là-bas. On est prêt à partir, même si c’est difficile de quitter nos familles.»

Pour le Colonel Michel-Henri Saint-Louis, la mission est des plus importantes pour les soldats de Valcartier. «Il s’agira entre autres pour eux d’une occasion d’améliorer leurs capacités tactiques tout en faisant bénéficier les soldats étrangers de leur expertise, spécialement en matière de planification et d’infanterie.» Il a ajouté qu’en ce moment, le 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada est en très haute demande pour ce genre de mission. «C’est un moment fort dans une carrière militaire. Je sais que c’est difficile pour les familles, mais vous avez toute notre admiration.»

Le départ de ce matin était la première vague de la participation des militaires de Valcartier. Le 22 février, un second contingent sera envoyé pour un déploiement total d’environ 220 soldats.

Mission appuyée par les politiciens

Pour le député conservateur de Louis-Saint-Laurent, Gérard Deltell, il est primordial que nos militaires s’impliquent auprès des alliés du Canada. «Même si ce n’est pas une mission de combat, elle est très importante pour le pays. Toute mission de ce genre à une grande importance.» C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il tenait à être présent pour le départ des troupes. «C’était important pour moi d’être là aujourd’hui. Je voulais dire merci aux militaires pour leur travail.»

Le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social du Canada, Jean-Yves Duclos, a aussi tenu à dire «merci et bravo» aux soldats qui étaient sur le point de partir pour la Pologne. Il a mis l’emphase sur l’importance de l’appui de la famille dans de telles circonstances.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *