uncategorized
20:30 21 janvier 2016 | mise à jour le: 21 janvier 2016 à 20:30 temps de lecture: 2 minutes

Mobilisation à Québec pour sauver AccèsLogis

LOGEMENT. Dans une action symbolique menée devant les bureaux du Conseil du Trésor à Québec, les organismes de Québec faisant partie du Front d’Action Populaire en Réaménagement Urbain (FRAPRU) ont réclamé le retour d’AccèsLogis pour favoriser le financement de nouveaux logements sociaux.

À la veille du nouveau budget du gouvernement libéral, le Comité des citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur, le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste et le Comité logement d’aide aux locataires ont organisé une «bataille du trésor» à l’image du film La guerre des tuques. Un peu plus d’une vingtaine de personnes se sont présentées à l’événement.

Cette action symbolique vise à demander au gouvernement de réinvestir dans AccèsLogis qui avait perdu des plumes lors du budget 2015-2016. Le programme était passé de 3000 logements sociaux financés annuellement à 1500 pour l’ensemble de la province. Les répercussions s’étaient fait sentir jusqu’à Québec, où on disposait de 250 nouveaux logements, contrairement à 440 l’an passé.

Incertitude à Québec

Coordonnatrice au Comité des citoyens et citoyennes de Saint-Sauveur, Marie-Christine Gagnon craint la fin d’AccèsLogis. «Il serait carrément inadmissible que le gouvernement libéral cesse de financer la réalisation de nouveaux logements sociaux, alors que les besoins sont toujours aussi importants», juge-t-elle.

Le gouvernement libéral avait préféré investir dans le financement de suppléments au loyer, qui permet à des ménages à faible revenu de louer un appartement dans le marché de location privée. Avec ce programme, des familles ou des personnes seules peuvent avoir accès à un appartement du marché privé de l’habitation, une coopérative d’habitation, un organisme sans but non lucratif ou un office d’habitation. Le gouvernement prévoit 5800 financements supplémentaires.

Cette alternative à ces sombres côtés, aux dires de Marie-Christine Gagnon. «Une telle formule n’a pas du tout les mêmes retombées que le logement social, croit-elle. Elle ne représente surtout pas une aide aussi permanente, puisque les subventions ne sont assurées que pour une période de cinq ans.»

Le FRAPRU mène une semaine d’action partout au Québec pour sauver AccèsLogis. Plus d’une centaine d’organismes aux quatre coins de la province font partie de ce regroupement.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *