uncategorized
15:43 18 janvier 2016 | mise à jour le: 18 janvier 2016 à 15:43 temps de lecture: 3 minutes

Québécois tués au Burkina Faso: Les écoles en deuil ouvrent leurs portes au personnel et aux élèves touchés

ATTENTATS. Les cours sont suspendus dans les écoles secondaires Cardinal-Roy et Jean-de-Brébeuf ce lundi, mais les portes sont ouvertes pour les élèves et le personnel qui souhaitent se recueillir.

Le secrétaire général de la Commission scolaire de la Capitale, Érick Parent, était visiblement ému par la tragédie qui touche quatre membres du personnel de son organisation. (Photo TC Media)

Les cours reprendront dès demain, mais déjà, une douzaine de psychologues y offrent du support, de même qu’à l’école Boudreau.

Les attentats survenus au Burkina Faso vendredi ont coûté la vie à quatre membres du personnel de la Commission scolaire de la Capitale ainsi qu’à deux membres de leur famille.

«Un décès comme celui-là a un très grand impact, parce que ces gens-là côtoient plusieurs milieux dans leur carrière et évidemment, vont enseigner aussi à des milliers d’élèves», a déclaré d’entrée de jeu le secrétaire général de la CS de la Capitale, Érick Parent, visiblement ému.

Même s’il ne les a pas tous connus de façon personnelle, «on travaille tous à travers une même mission et quand on perd des gens comme ceux-là et bien, ça nous touche», a réagi M. Parent.

Ce lundi, les interventions sont tournées vers les enseignants pour les préparer à répondre aux questions qu’auront les enfants sur la tragédie, a laissé savoir la CS de la Capitale: «Pour poser les bonnes interventions en termes d’écoute, d’accueil, de commentaires; de respecter les silences».

«Demain matin, a poursuivi Érick Parent, nos enseignants sont devant des dizaines d’élèves dans les classes et il y a des questions des fois qui sont d’une franchise désarmante, donc il faut être capable d’y répondre et de faire le mieux qu’on peut avec ce groupe-là.»

L’aide sera très concentrée pour les trois prochains jours, indique la Commission scolaire qui compte faire appel à des organismes externes pour soutenir les jeunes à plus long terme.

Recueillement

Tôt, lundi matin, environ une dizaine de personnes étaient réunies pour se recueillir dans la classe de Maude Carrier, à Cardinal-Roy. Son père, Yves Carrier, également parmi les victimes, y avait lui aussi travaillé, ainsi qu’à l’école Jean-de-Brébeuf.

Louis Chabot, au nombre des disparus, était quant à lui enseignant à l’école Boudreau et Suzanne Bernier avait quant à elle été directrice des écoles primaires Saint-Paul-Apôtre et Saint-Albert-le-Grand.

Mardi, au début des cours, les 5000 employés et 28 000 élèves de la CS de la Capitale seront invités à observer une minute de silence à la mémoire des disparus, a fait savoir M. Parent, avant d’offrir ses «plus sincères condoléances» à leurs familles et leurs proches. 

La conjointe d’Yves Carrier, Gladys Chamberland et leur fils Charlelie Carrier ont eux aussi perdu la vie dans les attentats de vendredi.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *