uncategorized
21:50 25 septembre 2016 | mise à jour le: 25 septembre 2016 à 21:50 temps de lecture: 3 minutes

Réaménagement sécuritaire espéré sur Marie-de-l’Incarnation

URBANISME. Parmi les artères routières qui méritent un réaménagement plus sécuritaire pour un meilleur partage des usages de la chaussée, Accès transports viables estime que la rue Marie-de-l’Incarnation trône au sommet de la liste. L’organisme se désole que la récente restauration du pavage de ses quatre voies n’ait pas coïncidé avec certaines améliorations souhaitées pour les piétons et les cyclistes.

C’est en tenant une immense tablée en pleine rue Raoul-Jobin, fermée pour l’occasion dimanche, que les organisateurs de la campagne «J’EMBARQUE!» ont sensibilisé les citoyens aux avantages d’aménagements urbains plus conviviaux. Le pique-nique festif baptisé «La Grande boustifaille», cherchait à remettre l’humain au coeur des quartiers du centre-ville de Québec.

«Ayant à proximité l’école primaire Saint-Malo et le Centre Mgr Bouffard, l’intersection choisie (angle Raoul-Jobin et Marie-de-L’Incarnation) a mis en évidence le besoin de redonner à ce secteur du quartier Saint-Sauveur un aspect plus humain. Surtout, d’y mettre en place des aménagements urbains plus sécuritaires et propices à la marche et aux déplacements actifs», fait valoir Jonathan Charlebois, coordonnateur des activités de sensibilisation pour Accès transports viables.

Pour le Comité des citoyens du quartier Saint-Sauveur, ce secteur résidentiel très achalandé n’est pas aménagé de façon optimale pour assurer la sécurité des gens et la fluidité de la circulation. Son porte-parole, Éric Martin, a déjà fait valoir que «l’endroit est très problématique et mérite qu’on s’y attarde». Il a d’ailleurs été identifié comme un des lieux prioritaires à réaménager dans le Plan de mobilité durable du quartier Saint-Sauveur ébauché localement.

De son côté, Étienne Grandmont, directeur général d’Accès transports viables, déplore que «trop souvent encore, les artères sont conçues pour les automobilistes. C’est d’autant plus dommage, puisque la rue Marie-de-L’incarnation a récemment été refaite sans que des changements pourtant nécessaires n’y soient apportés pour que soient protégés les piétons et les cyclistes. Pourtant, il suffirait de quelques aménagements simples et peu compliqués, pour donner au secteur une dimension plus agréable et humaine.»

Propositions illustrées

M. Grandmont conçoit que la réceptivité puisse être tiède à la Ville de Québec, maintenant que de l’asphalte neuf a été étendu sur Marie-de-l’Incarnation. Toutefois, il n’en démord pas quant à la nécessité d’apporter des améliorations à cette longue et large rue à quatre voies où la limite de 50km est rarement respectée. À son avis, il y a moyen de faire en sorte que cette artère soit plus accessible, belle et verte.

«Il ne serait pas difficile ni très dispendieux, allègue-t-il, d’y apporter quelques correctifs, comme le suggèrent les propositions imaginées par la firme d’architecture et de design urbain Groupe A/Annexe U. L’ajout de marquages colorés sur la chaussée pour délimiter les traverses piétonnes et les espaces vélos, ainsi que des saillies de trottoir avec espace de verdure, faciliterait les déplacements de tous les usagers et assurait du même coup une plus grande sécurité, voire une meilleure fluidité.»

Pour voir des images de synthèses des propositions de Groupe A/Annexe U : http://bit.ly/2cTIUkv

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *