Actualités
17:37 23 mai 2018 | mise à jour le: 5 février 2019 à 14:24 temps de lecture: 2 minutes

Logements insalubres: des résidents de Vanier désespérés

Le Comité des résidents Claude-Martin et le Bureau d’animation et information logement (BAIL) demandent l’intervention du maire de Québec au sujet des mauvaises conditions de logements auxquelles sont confrontés des locataires du secteur de l’avenue Claude-Martin, situé dans le secteur Vanier.

Un logement inhabité qui serait en «réparation» depuis cinq ans. La porte de ce logement n’est pas verrouillée.

Photo gracieuseté – BAIL

Un groupe de locataires de ce secteur, exaspérés de vivre dans des logements en décrépitude, demandent à la Ville de Québec d’intervenir rapidement et de payer les coûts de réparations. «On aime notre quartier et on veut rester dedans. Tout ce qu’on souhaite, c’est que les réparations soient faites», soutient Sarah Lafrenière, porte-parole du comité des citoyens du secteur Claude-Martin, qui habite dans son logement depuis deux ans. «Il y a des réparations qui se sont accumulées et qui n’ont pas été faites. On nous dit qu’on va passer à une telle date et personne ne vient. Pour l’instant, on vit pas mal au jour le jour.»

Elle affirme que ces logements et immeubles sont en mauvais état, voire dangereux pour la santé et la sécurité. «Les problèmes sont nombreux : moisissures, vermine, infiltrations d’eau, entretien inexistant, punaises de lit et chauffage déficient. Malgré la visite des inspecteurs municipaux et les constats d’infraction, force est de constater que rien ne change.»

Jonathan Carmichael, organisateur communautaire au BAIL, rappelle que des modifications, apportées en 2016 à la Charte de la Ville de Québec, permettent à la Ville d’obliger un propriétaire à réaliser des travaux jugés prioritaires. En conseil municipal le 7 mai, le maire a corroboré le fait en précisant que ce règlement s’adressait aux immeubles inhabités, ce qui n’est pas le cas dans ce dossier.

Régis Labeaume a déclaré, lors de la séance publique, que le Ville était bien au fait de la situation et qu’il fallait lui laisser un peu de temps pour agir.

Photo gracieuseté – BAIL

Photo gracieuseté – BAIL

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *