Actualités
19:15 1 mai 2018 | mise à jour le: 5 février 2019 à 14:24 temps de lecture: 3 minutes

Appui modéré des gens d’affaires

ÉCONOMIE. Un sondage, réalisé auprès des membres de la Chambre de commerce de l’industrie de Québec (CCIQ), indique que 61% des répondants sont favorables au projet de réseau structurant de transport en commun.

Julie Bédard et Caroline Roy tenant le sondage publié par la Chambre de commerce de l’industrie de Québec.

Photo – Alain Couillard

Réalisé par Internet du 19 au 21 avril, 474 répondants, dont 333 de la Ville de Québec, 51 de Lévis et 86 provenant d’autres secteurs, ont répondu au questionnaire sur les 4100 membres invités.

Caroline Roy, vice-présidente et associée du bureau de Québec de Léger, confirme qu’un taux de 10% de répondants est suffisant pour établir un portrait significatif. Les répondants de Québec sont favorables au projet dans une proportion de 64%, à Lévis le taux représente 55% et les autres appuient l’idée à 53%. «Si l’on tient compte uniquement des gens favorables ou défavorables, on obtient, cette fois, un appui à 70%», soutient Mme Roy.

La fluidité des déplacements est considérée comme un enjeu très important. Elle représente 41% pour le personnel d’entreprises, 38% pour les individus et 36% pour les fournisseurs et clients.

Quant au développement de la région de Québec lié au projet de réseau structurant, 43% des membres de la CCIQ croient qu’il contribuera certainement à favoriser le développement de la région.

Réactions

Julie Bédard, présidente et chef de la direction de la CCIQ, soutient que ce sondage confirme l’intérêt de réaliser ce projet. «Nous sondons nos membres sur la question de mobilité depuis 2007. Nous sommes donc familiers avec ce dossier et une capitale, digne de ce nom, doit avoir un projet structurant comme d’autres l’ont dans le monde.»

Selon elle, ce projet est inévitable pour attirer d’autres investisseurs ou faciliter l’apport de la main-d’œuvre dans les entreprises qui souffrent de cette pénurie. Invitée à commenter le tracé soumis, la présidente rappelle qu’il a été étudié en tenant compte du flux de déplacement. «Je pense que s’il y a des changements au tracé, cela sera toujours, selon moi, et je l’espère, en considération de la donnée du flux de déplacement. J’ose espérer que l’on respectera l’enveloppe budgétaire qui a été confiée par le provincial et le fédéral.»

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *