uncategorized
13:55 20 mars 2018 | mise à jour le: 20 mars 2018 à 13:55 temps de lecture: 3 minutes

Une bande cyclable qui ne fait pas que des heureux

La Ville de Québec a récemment annoncé qu’elle aménagerait une bande cyclable sur la 3e Avenue entre la 12e et la 19e rue, ainsi qu’une chaussée désignée sur le boulevard Benoît-XV, entre la 19e et la 24e rue. Accès transports viables se réjouit de cette annonce, mais ce n’est pas le cas pour tous les commerçants du secteur.

Le directeur général d’Accès Transports Viables, Étienne Grandmont, aimerait que la Ville aille encore plus loin que l’aménagement de simples bandes cyclables.

Photo TC Media – Marie-Pascale Fortier

Les aménagements proposés par la Ville impliquent le retrait des cases de stationnement situées sur le côté ouest de la 3e Avenue entre le 1er mai et le 31 octobre. Les propriétaires de commerces de la zone concernée s’y sont vivement opposés, mais ceux situés plus loin craignent aussi de voir une diminution de l’achalandage en période estivale.

«C’est clair que ça a un impact direct sur la business sur tous les commerçants. Québec ce n’est pas comme Montréal et New York où on n’a pas besoin de nos véhicules. C’est important d’avoir des accès pour les vélos, mais pour les rues commerçantes comme la 3e Avenue, Saint-Jean et Cartier, les stationnements sont très importants. Si on les enlève, les gens ne viendront plus», craignent François Bouchard et Natasha Thériault, propriétaires du restaurant Soupe & Cie.

Le directeur général d’Accès transports viables, Étienne Grandmont, voit la situation d’un tout autre œil. Il croit que la 3e Avenue aurait le potentiel pour devenir l’artère commerciale la plus cyclable de Québec. «C’est sur que ça va demander une adaptation», admet-il. Il faut faire des annonces et que ça devienne quelque chose de positif. Pour l’instant tout le monde monte sur ses grands chevaux, mais c’est une opportunité servie sur un plateau d’argent qui doit être saisie par les commerçants et la SDC (Société de développement commercial)».

Il croit qu’avec une bonne campagne marketing et une participation de la SDC pour mettre le vélo en valeur, le projet permettrait à l’artère commerciale de se renouveler. «Le no parking, no business, c’est un modèle qui est en train de tomber», défend même M. Grandmont.

Le chef de l’opposition, Jean-François Gosselin, a pour sa part déploré le manque de compréhension de l’administration municipale. «La Ville doit carrément rayer cette idée saugrenue de sa planification et trouver des alternatives viables pour atteindre ses objectifs sans mener à tout prix la guerre à l’automobile comme cela a été le cas plus tôt cet été avec l’aménagement d’une piste cyclable sur la rue Dalhousie», a-t-il fait savoir, par voie de communiqué.

L’aménagement d’une bande cyclable est également prévu sur la 22e rue, entre la 8e Avenue et le boulevard des Alliés. Des séances d’informations sur ces deux projets ont eu lieu jeudi dernier, ce sont par contre les enjeux de sécurité qui ont fait jaser, plus que les enjeux financiers. Ces projets s’inscrivent dans la Vision des déplacements à vélo adoptée par la Ville en mai 2016. 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *