uncategorized
22:24 23 août 2018 | mise à jour le: 23 août 2018 à 22:24 temps de lecture: 4 minutes

À quand la baignade au Bassin Louise?

Depuis 2016, la baignade est autorisée à Baie de Beauport, redonnant ainsi l’accès au fleuve à tous. Et s’il devenait aussi possible de nager au Bassin Louise? C’est ce que la Société des Gens de Baignade demande sans succès depuis longtemps.

La baignade au Bassin Louise demeure interdite.

Photo Métro Média – Marilyn Préfontaine

Mise sur pied en 1996, la Société des Gens de Baignade est un organisme sans but lucratif qui vise à rendre possible l’accès aux plans d’eau, surtout ceux urbains, au public. Ces derniers ont récemment produit un documentaire, intitulé Bassin Louise – Un plan d’eau pour tous, réalisé par Pierre Fraser. Le film, disponible sur Youtube, retrace l’historique du Bassin Louise et propose un projet qui permettrait la baignade à même l’espace inutilisé du bassin Louise.

Lieu de baignade pour tous

Dans cet espace de 7240 m2, soit l’équivalent de six piscines olympiques, l’organisme voit plusieurs utilisations dont un corridor de nage pour les sportifs, un espace détente pour nager tranquillement ainsi qu’une plage. La plage Amyot serait située sur l’espace semi-désert de terre battue qui borde le bassin du côté nord et où stationnent actuellement, en été, les véhicules récréatifs. «On ne touche ni aux berges, ni aux arbres, ni à la promenade», assure le biologiste Michel Beaulieu dans le film. À ce jour, la baignade y demeure interdite. Dans le documentaire, on précise toutefois que la qualité de l’eau y est excellente.

​Zones ludiques

On pense aussi aux enfants et aux adolescents en proposant un bassin ludique comprenant des jeux aquatiques sur structures gonflables à l’image de ce qui se fait du côté du parc Jean-Drapeau avec l’Aquazilla. Une idée de bar-restaurant flottant est aussi envisagée. «À l’extrémité ouest de la tête du bassin s’élève une structure en bois inutilisée qui s’avance dans l’eau, cet aménagement de bois entre stationnement et plan d’eau est bien situé, mais complètement inutilisé», indique M. Beaulieu. Dans la vidéo, il propose ainsi de recouvrir un ponton de sable et de le relier à l’aide d’une passerelle afin d’en faire un bar. «Vous vous retrouvez avec des amis, verre à la main, bercé par les flots, au cœur de la ville, vue unique sur le Vieux-Québec ou sur vos enfants qui s’amusent sur l’eau dans le parcours». De quoi réjouir tout un chacun.

Un projet abordable

Dans le documentaire, on y cite d’ailleurs plusieurs grandes villes comme Oslo, Paris et Copenhague qui ont fait des aménagements de leurs cours d’eau urbains au plus grand plaisir de la population. «Rien de l’aménagement proposé ici n’est immuable, coulé dans le béton. Il s’agit d’équipements qui sont légers, transformables, gonflables, malléables. Ils peuvent se mettre en place très rapidement et également à faible coût», évoque le biologiste.

Peut-on y croire?

Du côté du Port de Québec qui gère le secteur Bassin Louise et son aménagement, on ne se dit pas fermé à l’idée. «Nous avons reçu le film et le Port est ouvert à toute suggestion et à poursuivre la réflexion», indique Marie-Andrée Blanchet, conseillère relations publiques et événements au Port de Québec. On précise toutefois que les projets doivent s’inscrire dans la vision globale d’aménagement qui a été déposée il y a deux ans et qui a été ouverte à la consultation publique. «Dans cette vision, nous préservons l’accès public», souligne Mme Blanchet. 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *