uncategorized
19:31 23 mars 2015 | mise à jour le: 23 mars 2015 à 19:31 temps de lecture: 5 minutes

Appui de personnalités au projet de maison de la culture au Centre Durocher

SAINT-SAUVEUR. Alors que la Ville de Québec a refusé officiellement par écrit en décembre dernier le projet lancé par le Comité des citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur de transformer le Centre Durocher en maison de la culture plutôt qu’en logements sociaux, la population continue sa mobilisation. Une conférence de presse s’est tenue lundi en présence de diverses personnalités liées de près ou de loin au quartier qui appuient le projet d’un complexe culturel comprenant entre autres une bibliothèque et un auditorium dans l’édifice existant.

Les activités sportives et communautaires du Centre Durocher ont été déménagées au centre Mgr Bouffard depuis plusieurs mois, dans le but de construire des logements sociaux au Centre Durocher. L’organisme Action Habitation a acquis le terrain et s’apprête à construire les unités. Depuis, pas ou peu de nouvelles sur le sujet ni de la part de la Ville, ni d’Action Habitation. Les citoyens du quartier poursuivent cependant leur mobilisation. Ils soutiennent que le cœur du quartier ne doit pas être détruit, et ne doit pas changer complètement de vocation. Après une consultation publique citoyenne en novembre dernier, il est ressorti que les résidents du quartier ne souhaitent pas voir leur symbole architectural servir à d’autres fins que communautaires. La proposition de transformer le lieu en lieu de culture pour les citoyens répondrait aux besoins de ceux-ci. Le quartier Saint-Sauveur est réputé pour être un désert culturel, sans bibliothèque (la plus proche est Gabrielle-Roy dans Saint-Roch), mais pourtant il y a présence de trois écoles dans le quartier, et pas de salle de spectacle. Précisons que le Comité de citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur (CCCCQSS) a dans son mandat de développer le logement social, ce qu’il propose est bien de garder le projet d’Action Habitation, mais de le transférer dans un lieu tout proche plus adapté: le stationnement de surface sur Saint-Vallier à peine quelques mètres plus loin.

Des appuis majeurs

Plusieurs personnalités du quartier ont fait part de leur appui majeur au projet, lundi. Michel Pleau, le poète officiel du Parlement du Canada a passé presque toute sa vie dans le quartier. «Le Centre Durocher a été pour moi un lieu de parole et d’échanges avec les gens du quartier. On ne doit pas couper la parole dans le quartier Saint-Sauveur, qui est un quartier de parole. Le cœur ne battra plus de la même façon», a commencé M. Pleau en lisant un extrait d’un poème de son recueil le Ciel de la Basse-Ville qui parle du Centre et du jardin Durocher.

«Le Centre Durocher est un site chargé d’histoire, il a une valeur patrimoniale liée à l’histoire sociale du quartier. On devrait poursuivre la continuité historique et l’adapter aux besoins des citoyens. C’est pour cette raison que j’appuie le projet [de maison de la culture]», s’est exprimé l’architecte du patrimoine Martin Dubois, en précisant l’importance de conserver un tel bâtiment «art-déco».

Avec ses connaissances approfondies en histoire du quartier Saint-Sauveur, Dale Gilbert a rappelé l’importance pour les citoyens de s’investir dans la vie de leur quartier. Offrir la culture aux jeunes et aux moins jeunes dans un quartier populaire est primordial selon lui. D’autres personnalités de différents milieux ont donné leur appui à la transformation du site, comme François Saillant du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), Vivian Labrie, militante pour la lutte contre la pauvreté et Nadine Lizotte, coordonnatrice générale de L’Orchestre d’hommes-orchestres se sont exprimés en faveur du projet culturel.

Le manque de transparence de la Ville dans le dossier

La Ville n’a jamais fait de consultation publique sur l’avenir du Centre Durocher, au grand dam des citoyens qui se sont sentis négligés. Le Centre Durocher, à l’origine, a été donné par les Pères Oblats pour en faire un lieu public. Le lieu appartenant pourtant à la conscience sociale et collective du quartier, de plus en plus de résistance se fait sentir chez les résidents. Actuellement, il est difficile pour ceux qui se mobilisent d’obtenir des informations sur ce sujet.

Nicol Tremblay, président du conseil d’administration du Comité des citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur, a terminé la conférence de presse en mentionnant celle de Régis Labeaume, maire de Québec, qui, il y a deux ans, avait parlé à l’endroit même du Centre Durocher d’un futur «Quartier latin». Pour lui, la politique de la Ville de Québec ne répond pas à la logique énoncée par le maire il y a deux ans, puisqu’elle prive les citoyens de services indispensables. «On a voté pour les élus, mais en ce moment, on ne se sent pas représentés du tout par la conseillère municipale», a conclu M. Tremblay.

Sur le même sujet: Une bibliothèque toujours demandée au Centre Durocher

Une maison de la culture au Centre Durocher

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *