uncategorized
23:20 11 avril 2015 | mise à jour le: 11 avril 2015 à 23:20 temps de lecture: 3 minutes

25 000 non à l’expansion et au transport du pétrole des sables bitumineux

ENVIRONNEMENT. À trois jours du début du Sommet des provinces, près de 25 000 personnes ont pris d’assaut les rues de la ville de Québec afin de demander aux provinces canadiennes l’arrêt de l’expansion et du transport du pétrole des sables bitumineux.

Bannières à la main, groupes environnementaux, syndicaux, étudiants et autochtones souhaitent envoyer un message clair au premier ministre Couillard et à ses collègues du reste du Canada.

«La lutte contre les changements climatiques passe nécessairement par le refus de l’exploitation et du transport du pétrole issu des sables bitumineux et par l’indispensable virage vers l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables, soutient-il. On ne peut pas à la fois lutter contre les changements climatiques et promouvoir l’expansion des sables bitumineux et les projets de pipelines comme TransCanada.»

« On ne peut pas faire une chose et son contraire. On espère que M. Couillard va se lever, va faire preuve de leadership avec ses collègues des autres provinces, vont bâtir un plan de lutte aux changements climatiques qui exclut la construction du pipeline de TransCanada et l’expansion des sables bitumineux », ajoute-t-il.

Des gens provenant de partout à travers le Canada se sont réunis à Québec en fin de semaine pour participer à la Marche Action Climat.

«On se réunit à Québec en ce 11 avril avec, en toile de fond, les graves inquiétudes face au développement du pétrole issu des sables bitumineux et à ses impacts sur le climat. C’est aujourd’hui que nous disons oui aux énergies renouvelables et non au pétrole, une fois pour toutes», affirme Karel Mayrand, directeur général pour le Québec de la Fondation David Suzuki qui croit qu’ensemble il est possible de faire changer les choses.

Dans cette même optique, le grand chef de Kanesatake, chef Serge Simon mentionne que ce n’est pas une critique du gouvernement Couillard mais bien un cri du cœur, un appel à l’aide.

«Quand je pense à tout cela, je m’imagine une petite fille autochtone couchée sur un lit d’hôpital parce qu’elle a mangé du poisson contaminé par les sables bitumineux. La situation est alarmante. Cependant, je crois que si tous les premiers ministres s’allient pour convaincre Harper d’arrêter, il n’aura pas le choix surtout dans le contexte d’élection fédérale qui arrive à grands pas», s’inquiète-t-il.

La marche a débuté autour de 13h, devant le Concorde, et dans l’ensemble tout s’est bien déroulé. Tous vêtus de rouge, les marcheurs ont emprunté la Grande-Allée pour se rendre jusqu’au Château Frontenac, avant de revenir devant le Parlement, où un immense thermomètre humain a été réalisé.

Selon les organisateurs de la Marche Action Climat, une centaine d’autobus bondés de manifestants ont convergé, samedi après-midi, vers la capitale nationale.

Samedi soir, au Capitole de Québec, artistes et écologistes se retrouvent sur une même scène pour le Climat Show, un spectacle festif et engagé pour célébrer la mobilisation citoyenne.Parmi les participants, on note Les Respectables, Yann Perreau, Marc-André Coallier, Dominic Champagne et Laure Waridel.

Finalement, ce dimanche se tiendra le Forum Action Climat qui vise à renforcer les collaborations, à favoriser la compréhension mutuelle entre les organisations et à déterminer comment elles peuvent travailler ensemble plus efficacement, et ce, en vue des élections fédérales à l’automne 2015.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *