uncategorized
19:10 16 octobre 2015 | mise à jour le: 16 octobre 2015 à 19:10 temps de lecture: 3 minutes

Le sac plutôt que le bac

DÉCHETS. Aucun bac brun supplémentaire dans la cour des résidents de la ville de Québec: l’option de la biométhanistion a été choisie pour traiter les résidus alimentaires et les boues de la station de traitement des eaux usées de la ville, a-t-on appris lors du comité plénier sur le sujet aujourd’hui.

Il n’y aura pas plus de camions de collecte de déchets dans les rues de Québec. La Ville a opté pour un tri qui se fera à même les sacs à vidange dans les cuisines des citoyens. Les mêmes camions qu’auparavant vont ramasser les deux types de sac à déchet. «Les déchets vont se rendre jusqu’à l’incinérateur pour être classer, explique le directeur du projet, Carl Desharnais. Par la suite, les matières résiduelles vont passer par un conduit déjà existant qui relie l’incinérateur au site du futur centre de biométhanisation.»

Le coût total du projet s’élève à 124,5M$, sur lequel la Ville investit 64,3,M$. «La Ville paie présentement 1,4M$ de pénalité pour l’enfouissement de ses matières résiduelles, ça fait partie de notre budget, a affirmé le maire Régis Labeaume lors du comité plénier. On va avoir un retour sur notre investissement dans quelques années.»

Le composte mis de côté

Le choix de ce procédé, au détriment d’un centre de compostage, s’est basé notamment sur les subventions possibles dans le cadre du programme de traitement des matières organiques par biométhanisation et compostage. «Le compostage est moins subventionné que la biométhanisation, a renchéri M. Desharnais. Outre le côté financier, nous n’avions pas de site acceptable pour le compostage dans nos études.»

La proximité des trois installations municipales – l’incinérateur, la station de traitement des eaux usées de l’Est et le centre de biométhanisation – évite l’augmentation du transport dans le secteur. «Nous n’aurons pas à transporter les boues municipales par camion jusqu’au centre, le tout sera souterrain, a expliqué Carl Desharnais. Pour le transport des fertilisants, l’accès à l’autoroute Dufferin-Montmorency est direct. Les camions n’auront pas à passer par le quartier avoisinant.»

La qualité de l’air: un enjeu évalué

Le centre de biométhanisation va entrainer une diminution du temps de fonctionnement des fours de l’incinérateur de près de 18%, a fait savoir Carl Desharnais. «Au même moment, on continue d’investir pour améliorer nos performances à l’incinérateur à une hauteur de 5M$ par an, a-t-il ajouté.

La Ville compte investir au même moment pour la revitalisation de la zone industrielle du secteur, avec un financement de 24M$ en aménagement urbain. En plus des 1300 arbres et 1900 arbustes plantés, de l’aménagement et du verdissement sont prévus sur le boulevard des Capucins et sur le boulevard Henri-Bourassa.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *