uncategorized
17:01 20 novembre 2015 | mise à jour le: 20 novembre 2015 à 17:01 temps de lecture: 3 minutes

Le sport pour éloigner les jeunes de la rue

COMMUNAUTÉ. L’aréna Bardy était le théâtre d’un match de hockey entre les policiers de Québec et les élèves de l’école Jeunes-du-Monde. Cet établissement scolaire est classé 10 sur l’échelle de défavorisation. Cette activité avait comme objectif la persévérance scolaire.

L’événement organisé par Motivaction Jeunesse en collaboration avec le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a réuni policiers, intervenants, élèves et tout le service de garde en cette journée pédagogique.

Motivaction Jeunesse est un organisme à but non lucratif qui lutte contre le décrochage scolaire, la sédentarité et la délinquance. Luc Richer l’a fondé en 1999 et s’implique dans dix écoles de quartiers défavorisés de Québec.

« Je voulais faire une différence dans la vie des gens. Il était important pour moi d’offrir du bonheur et le désir de réussir aux jeunes. On peut dire mission accomplie », lance le médaillé de l’Assemblée nationale.

Pour s’y faire, il organise plusieurs journées d’activités. En effet, du hockey extérieur au Parc Bardy est à l’horaire en février. Puis, au mois de juin, il y aura une fête pour souligner la fin des classes avec comme désir de rapprocher les ethnies une fois de plus.

« J’aime mobiliser les gens et puiser dans les forces des jeunes. On apprend à les connaître davantage. Nous sommes beaucoup présents dans Limoilou, à Vanier et en Basse-Ville, ce sont des quartiers très sensibles. En les faisant bouger, on s’assure qu’ils ne traînent pas dans les rues. »

Établir un lien de confiance

Quand on lui demande de raconter des belles histoires d’enfants de milieu défavorisé qui jouissent maintenant d’une vie meilleure, il répond avec satisfaction: «Il y en a tellement!»

Selon lui, il est primordial de créer un lien de confiance qui perdure entre le jeune et l’adulte. La présence des agents de la paix dans certains événements permet aux jeunes d’avoir une belle image de ceux-ci, croit M. Richer.

« En 2000, j’avais organisé un match de basket à la Place D’Youville entre des adolescents de la rue et des policiers. C’était vraiment beau de les voir ensemble dans une atmosphère positive. »

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *