uncategorized
17:48 11 décembre 2014 | mise à jour le: 11 décembre 2014 à 17:48

Une maison de la culture au Centre Durocher

CENTRE DUROCHER. L’avenir du Centre Durocher est au centre des préoccupations des résidents de Saint-Sauveur. Depuis sa fermeture,les citoyens ont été plusieurs fois consultés par les intervenants du quartier. Certains sont insultés que la Ville de Québec ne leur demande pas leur avis, et en comité ils ont décidé de soumettre aux élus la nouvelle proposition: faire du Centre Durocher un centre culturel.

Lors de l’assemblée publique du 24 septembre dernier, les citoyens ont pu faire part de leurs inquiétudes face à la décision prise unilatéralement de transformer le Centre Durocher en logements sociaux. Bien que la nécessité de logements sociaux dans le secteur n’ait pas été remise en cause, les citoyens se sont demandés pourquoi à cet endroit précis. Saint-Sauveur, longtemps vu comme un quartier marginalisé se voit d’année en année enlever des services de proximité. La fermeture de la clinique Saint-Vallier est envisagée, ainsi que la fermeture du Centre Durocher. Après plusieurs mois de travail en commun avec les résidents, le Comité de citoyens et citoyennes de Saint-Sauveur a fait une proposition: développer une maison de la culture de Saint-Sauveur au Centre Durocher avec auditorium et bibliothèque.

«L’analyse qu’on a fait montre une absence de services culturels dans notre quartier», fait valoir Éric Martin, agent sociocommunautaire au Comité de citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur. «Du Centre Mgr Bouffard à la bibliothèque Gabrielle Roy, c’est à peu près 2 km», ajoute-il pour illustrer la difficulté des citoyens dont la majorité se déplace à pied. Cependant la population de Saint-Sauveur compte 16 000 résidents et trois écoles primaires.

«Ce qu’on veut c’est que les services soient offerts à la population, mais on constate un manque de vision. Le plus gros des services a disparu», explique M. Martin.

«On aurait besoin de consolider les services, mais là ce sont les services qui disparaissent, au lieu d’améliorer notre qualité de vie, on défriche. On veut être considérés comme des citoyens des autres quartiers», déclare Monique Girard, résidente du quartier depuis plus de trente ans.

Les avantages de la proposition du Comité sont de conserver un lieu patrimonial dans le quartier et un lieu de socialisation, par conséquent de maintenir sa vocation publique et communautaire, mais aussi favoriser un dynamisme du quartier en tablant sur la culture. Le Comité poprose également de déplacer le projet de logement social sur le stationnement de surface situé sur la rue Saint-Vallier Ouest, afin qu’Action-Habitation puise conserver son projet de logements sociaux dans le quartier.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *