uncategorized
15:00 27 août 2014 | mise à jour le: 27 août 2014 à 15:00 temps de lecture: 2 minutes

Ultimes efforts pour sauver les arbres de la rue Barrin

ENVIRONNEMENT. Les opposants à la coupe d’arbres matures sur la rue Barrin, dans le quartier Saint-Sacrement, ne baissent pas les bras. En plus de manifester sur le site promis à de nouvelles habitations, ils mettent en demeure le promoteur immobilier pour le forcer à suspendre l’abattage.

Aux démarches juridiques, les résidents du voisinage ont décidé d’ajouter des manifestations citoyennes. Ils ont ainsi organisé une fête devant les terrains sur lesquels l’entreprise Immofab projette la construction de deux immeubles comptant quatre jumelés. Les opposants ont formé une chaîne humaine autour des arbres menacés de coupe et installé des banderoles revendicatrices.

Édith Larochelle, porte-parole des citoyens de la rue Barrin, et Henri-Paul Blanchard, du Comité de citoyens du quartier Saint-Sacrement, rappellent ne pas s’opposer au projet d’habitation. Toutefois, ils estiment que celui-ci pourrait être réalisé en protégeant davantage d’arbres matures que ce que propose le promoteur.

Dans leur mise en demeure, les citoyens estiment que les conditions de délivrance du permis de bâtir n’ont pas toutes été respectées par la Commission d’urbanisme de Québec. Ils déplorent également que les plans ne prévoient pas un «aménagement paysager de qualité qui respecte le site».

Permis en main

À plusieurs reprises, le président d’Immofab, Marcel Bouchard, a répété détenir les permis requis et agir en toute légalité. Il soutient ne pas avoir le choix d’abattre certains arbres matures pour réaliser son projet. Ceux-ci se trouvent dans les entrées de cour éventuelles des quatre jumelés, sinon dans la ligne de raccordement des services municipaux d’aqueduc et égout.

«Il vaut mieux opter pour une replantation d’arbres semi-matures que d’essayer de sauver des arbres qui vont être endommagés et mourir dans un avenir proche», assure M. Bouchard. Déjà une dizaine d’arbres ont dû être coupés et d’autres sont menacés. Le promoteur s’engage à en replanter plusieurs après la construction. (F.C.)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *