uncategorized
15:26 19 décembre 2013 | mise à jour le: 19 décembre 2013 à 15:26 temps de lecture: 4 minutes

Le Centre Durocher sera démoli et les activités transférées

Alors que l’annonce de la démolition du Centre Durocher, dans le quartier Saint-Sauveur, mécontente les citoyens, la conseillère municipale, Chantal Gilbert soutient que les résidents disposeront d’une meilleure offre de services. Un avis partagé par Pierre Morin, directeur général de la corporation du Centre Durocher.

Suite à l’annonce de la démolition du Centre Durocher, fondé en 1950, la position de la Ville de Québec est claire : le centre sera démoli comme elle l’avait déjà annoncé voilà quatre ans. «Le Centre Durocher avait tiré la sonnette d’alarme il y a quatre ans en nous disant que la bâtisse était vétuste. La Ville, qui n’est pas propriétaire de l’édifice, avait fait expertiser le bâtiment et le coût des rénovations s’élevait à 23 M$. Nous avons alors proposé au Centre Durocher de transférer ses activités au Centre Monseigneur-Bouffard», explique Chantal Gilbert, conseillère municipale de Saint-Roch-Saint-Sauveur.

Afin de poursuivre ses activités, l’organisme a accepté la proposition de la Ville. «On avait un projet initial de réaménager et d’agrandir le Centre il y a quatre ans. On a travaillé avec la Ville et le gouvernement du Québec mais nous n’avions pas trouvé le financement. On avait le choix de continuer ici nos activités et de mourir ici ou de transférer nos activités pour nous permettre de poursuivre notre mission au cœur du quartier Saint-Sauveur», explique Pierre Morin, directeur général du Centre Durocher.

La décision n’a pas été facile à prendre. «J’avais un deuil à faire mais il fallait penser à la pérennité de notre mission. Il s’agit du meilleur «move» dans la situation que l’on vit», raconte celui qui vient au Centre Durocher depuis l’âge de 7 ans.

Des activités en cours de transfert

Certaines activités, qui avaient lieu au Centre Durocher, seront relocalisées non loin de là, à six coins de rue, au Centre Monseigneur-Bouffard. D’autres le sont déjà. «Presque la totalité du secteur jeunesse a été transférée. En janvier, on va transférer les activités qui s’adressent aux adultes et aux aînés», explique Pierre Morin. Puis suivront les bureaux pour un complet déménagement prévu en juillet prochain.

L’offre de services sera bonifiée. Salle de diffusion, vestiaires, douches et grâce au gymnase et aux deux salles de motricité, de nombreuses nouvelles activités sportives sont déjà proposées aux membres comme le volley-ball, le hockey ou le soccer en intérieur, le badminton, le massage pour bébé ou encore des cours de zumba.

Mais ce déménagement implique la disparition de la salle de quilles et du restaurant.

«C’est sûr que ça me fait de la peine, ça me fait un pincement au cœur», confie avec émotion, Pierre Morin.

Des logements et une garderie

Le Centre Durocher sera démoli et reconstruit. La direction souhaite que l’édifice reste à la communauté par le biais d’un projet de mixité sociale. «C’est un peu revenir aux sources du quartier Saint-Sauveur où il y avait beaucoup de mixité sociale quand nous étions jeunes», explique Pierre Morin. Des logements seront construits en lieu et place de l’édifice. Un Groupe de ressource technique, Action-Habitation, étudie actuellement le dossier. La bâtisse devrait être vendue au printemps. «Il n’a jamais été question de faire des condos, c’est une légende urbaine», affirme Chantal Gilbert.

Un Centre de la petite enfance de 60 places, qui sera le plus grand de la Basse-Ville, devrait également être créé au premier étage. «Avec la garderie, on vise des familles pour s’installer dans les logements. On veut garder les jeunes familles dans Saint-Sauveur ou en ramener pour créer un quartier dynamique et vivant», confie Chantal Gilbert.

Quant aux rumeurs circulant sur la destruction de la place publique, «c’est complétement faux, on ne la détruira jamais», assure l’élue municipale. «On va continuer à animer et à organiser des fêtes au parc Durocher. On ne quitte pas le milieu», confirme Pierre Morin.

Des citoyens du quartier Saint-Sauveur font circuler une pétition sur internet et dans les commerces afin de conserver le Centre Durocher. Un comité de sauvegarde du centre communautaire a récemment vu le jour.

Le Québec Express, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *