uncategorized
18:31 14 mars 2013 | mise à jour le: 14 mars 2013 à 18:31 temps de lecture: 4 minutes

«Le personnage principal de la prostitution est le client»

Dans le cadre de sa campagne annuelle de financement, La Maison de Marthe, présentera un concert-bénéfice en avril prochain. La directrice générale de cet établissement et anthropologue, Rose Dufour, a profité de la conférence de presse pour présenter quelques données sur les clients. Elle a ainsi établi un profil du consommateur de prostitution.

Au Québec, il s’agit de la première étude portant spécifiquement sur le client et non pas sur la prostituée. «Lorsque je fais une recherche avec les femmes, j’ai été bouleversée par l’omniprésence des hommes dans leur vie, à cause des abus sexuels. Alors j’ai demandé aux femmes de m’aider à rencontrer des clients. Cela a été extrêmement compliqué», avoue l’anthropologue Rose Dufour, directrice générale de la Maison de Marthe, dont la mission est d’accompagner les femmes qui le désirent vers la sortie définitive de la prostitution et leur réinsertion sociale.

64 hommes interrogés

«J’ai mis une annonce dans le journal et j’ai fait mon enquête comme ça. Le personnage principal de la prostitution n’est pas la femme prostituée, mais le client», poursuit-elle.

Grâce à son étude réalisée en 2005, conduite auprès de 64 hommes consommateurs de prostitution, Rose Dufour a réussi, à dessiner un portrait type. «Ce ne sont pas les caractéristiques sociologiques qui ont été étudiées, mais le profil. Ce qui m’a le plus interpellé dans cette étude est l’ignorance des hommes envers les femmes. Ils voient la prostituée comme une travailleuse autonome aimant le sexe. C’est une petite frange de la population qui consomme de la prostitution, cela représente 12 % des Québécois», explique Rose Dufour.

Et contrairement aux préjugés, «ce n’est pas parce qu’un homme est insatisfait sexuellement dans son couple qu’il consomme de la prostitution, déclare-t-elle. Cela ne représente que 15 % des hommes. Souvent, ils vont dire que la sexualité masculine est impossible à contrôler. Ils considèrent normal qu’il y ait des femmes prostituées pour répondre à leur besoin.»

Refus de l’engagement

Les résultats de la recherche démontrent que ces hommes sont des consommateurs réguliers : une ou deux fois par semaine, une fois par mois et cela depuis 15 à 20 ans pour la majorité d’entre eux. «La majorité, 56 % sont allergiques à l’engagement. Ce sont souvent des célibataires qui veulent du sexe. La prostitution est une sexualité irresponsable, c’est très déshumanisant pour la femme. Le plus souvent, il s’agit d’un homme narcissique, qui n’a aucune confiance en lui-même»

L’anthropologue note également une petite portion d’hommes timides.

«Il y a également une autre catégorie d’hommes, 8% d’entre eux, qui ont des désirs qu’ils ne peuvent satisfaire ni avec une épouse ni avec une conjointe, car ce sont des perversions», rajoute-t-elle. Et les femmes ne vont pas toutes nécessairement répondre à leurs attentes.

Une réglementation municipale non respectée

«Nous devons faire reculer la prostitution», déclare-t-elle. Au moment de son enquête, Rose Dufour avait noté que la prostitution était plus présente dans les salons de massage érotique que dans les agences d’escortes.

Toute la difficulté à réglementer ceci réside dans la loi. «La loi qui régit la prostitution est fédérale et les règlements sont municipaux. Je constate que les règlements municipaux entourant la prostitution ne sont pas suffisamment respectés. Ils ne sont pas appliqués. Les maisons de débauche sont interdites, mais les agences d’escorte, ce sont des maisons de débauche. Quand va-t-on les fermer? Il faut décriminaliser ces femmes et il faut leur venir en aide. Dans la rue, elles sont traquées. C’est totalement ridicule. On aimerait que ce soit les hommes qui soient criminalisés. Il faut que ça cesse», conclut la directrice générale de La Maison de Marthe.

Pour financer les activités de La Maison de Marthe, un concert-bénéfice est organisé le jeudi 4 avril, à 19 h 30 à l’Espace Hypérion, à Québec. Quinze musiciens des Violons du Roy, sous la direction de Mathieu Lussier, chef en résidence, interpréteront les plus belles œuvres de Vivaldi lors du concert intitulé «Tempête et passion». Informations et réservations au 418-523-1798.

Groupe Québec Hebdo

La directrice générale de La Maison de Marthe, Rose Dufour, a défini le profil type du consommateur de prostitution.

(Photo Isabelle Le Maléfan)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *