uncategorized
20:30 12 juin 2013 | mise à jour le: 12 juin 2013 à 20:30 temps de lecture: 3 minutes

Hôtel-Dieu de Québec: opposition au transfert dans Limoilou

Deux médecins représentant le Forum des médecins, dentistes et pharmaciens (FMDP) de l’Hôtel-Dieu de Québec – regroupant près de 200 médecins, dentistes, pharmaciens et chercheurs – critiquent sévèrement le projet de déménagement de l’Hôtel-Dieu de Québec sur le site de l’Hôpital de l’Enfant-Jésus à Limoilou.

Ils évoquent notamment le dérapage des coûts de ce projet, qui passerait de 850 M$ à 2,5 G$, en calculant la mise à niveau nécessaire de l’Hôtel-Dieu de Québec. Le FMDP craint aussi des dépassements de coûts et des imprévus qui pourraient faire exploser la note.

«Le futur hôpital sera construit sur un terrain marécageux, dans Limoilou, où passe une rivière souterraine, ce qui va compliquer la tâche pour aménager un stationnement souterrain. De plus, le futur hôpital devra continuer à se développer en longueur, parce que les édifices ne peuvent dépasser quatre étages dans Limoilou», explique Dre Marie Plante, chef du secteur gynécologie – oncologie à l’Hôtel-Dieu de Québec.  

«La fusion du CHUQ et du CHA a entraîné le projet de transfert vers L’Enfant-Jésus. Ça faisait longtemps que c’était dans les cartons. En mars dernier, on a été mis devant le fait accompli», ajoute Dre Plante.

De son côté, Dr Paul Isenring renchérit en questionnant la transparence de l’administration du CHU dans ce dossier. «Les ingénieurs et architectes ont dû respecter une clause de confidentialité imposée par le CHU», note le néphrologue et chercheur.

Perte de la dimension «humaine»

Outre les facteurs techniques et économiques, le facteur humain est aussi à considérer, selon Dre Plante. La chef en gynécologie – oncologie anticipe que les patients atteints d’une maladie rénale compétitionnent avec d’autres patients en trauma pour l’accès aux plateaux techniques.

«On tient à la philosophie de nos soins et à un hôpital à taille humaine plus qu’à nos murs. (…)», a-t-elle résumé.

«Il est prouvé qu’un hôpital de 400 lits et plus fonctionne moins efficacement. Le projet de l’Hôpital de L’Enfant-Jésus compte 800 lits», a pour sa part indiqué le Dr Isenring.

«La meilleure proposition est vraiment l’agrandissement et la rénovation de l’Hôtel-Dieu de Québec, tant pour les contribuables, les patients que le personnel», conclut Dre Plante.

Groupe Québec Hebdo.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *