uncategorized
15:53 13 juillet 2013 | mise à jour le: 13 juillet 2013 à 15:53 temps de lecture: 2 minutes

La directrice du Squat Basse-Ville veut des excuses publiques

La directrice générale du Squat Basse-Ville, Louise Fortin, vient d’envoyer à Régis Labeaume, maire de Québec, et Chantal Gilbert, conseillère, une mise en demeure dans laquelle elle leur demande de lui présenter des excuses publiques pour avoir, selon elle, douté de ses méthodes de gestion de l’organisme, en février et en mars. Le maire de Québec ne s’excusera pas.

Le maire de Québec et sa conseillère ont reçu la semaine passée une mise en demeure dans laquelle elle leur demande des excuses publiques.

L’organisme qui a connu d’importantes difficultés financières au début de l’année, avait demandé l’appui de la Ville, lors du conseil municipal de février dernier, pour convaincre le gouvernement provincial d’augmenter son financement public de 132 000 $ par an. Le maire de Québec avait alors répondu qu’il ne pouvait pas «s’occuper de tout» et qu’«il y a un paquet de questions qui sont posées sur la gestion de Squat Basse-Ville». Ce dernier avait alors annoncé que l’Agence de la santé effectuait des vérifications sur la gestion de l’organisme. L’administration avait également été remise en question par la conseillère, Chantal Gilbert.

Dans sa mise en demeure, Louise Fortin estime que leurs propos lui ont causé «un tort irréparable» à sa réputation et à celle de l’organisme.

Pas d’excuses

Malgrè la mise en demeure, Régis Labeaume ne s’excusera pas.

«C’est une dame qui a beaucoup besoin d’attention, alors on va laisser faire. On ne lui en donnera pas plus que ses besoins en demandent», a-t-il répondu.

Le Québec Express, membre du Groupe Québec Hebdo

La directrice du Squat Basse-Ville était très émue lors de l’annonce de la fermeture de l’organisme.

(Photo Isabelle Le Maléfan)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *