uncategorized
20:47 7 novembre 2013 | mise à jour le: 7 novembre 2013 à 20:47 Temps de lecture: 3 minutes

Anse au Foulon : la construction des silos a débuté

L’Administration portuaire de Québec a récemment accordé le feu vert final au projet de terminal de granules de bois de la compagnie Arrimage Québec. En effet depuis deux semaines, deux silos, massifs, sont en cours de construction. Des convoyeurs couverts et une station de déchargement ferroviaire fermée feront également leur apparition à l’Anse au Foulon pour être opérationnels en août prochain.

Depuis deux semaines, les riverains de l’Anse au Foulon observent un balai de camions et autres grues pour la construction de deux immenses silos. Ces derniers sont situés à l’ouest du secteur, à quelques mètres de la voie ferrée et de la piste cyclable qui longent le boulevard Champlain.

Ces silos, d’une capacité de plus de 35 000 tonnes, mesureront 45 mètres de haut, soit l’équivalent d’un édifice de 15 étages, et 48 mètres de diamètre. «Les dimensions ne sont pas inhabituelles pour ce genre d’utilisation, assure Johanne Lapointe, vice-présidente d’Arrimage Québec. Ils ont été faits pour correspondre à la demande du client. Nous avons également prévu une partie pour une expansion.»

«Ce terminal va permettre au Québec de se positionner comme exportateur de granules de bois. C’est un projet qui est accueilli favorablement par l’industrie forestière du Québec. Elle pourra ainsi exporter une partie de sa production», poursuit-elle.

Ce sont plus de 400 000 tonnes de granules de bois par année qui transiteront par le nouveau terminal. Toutes les opérations se feront à couvert. La marchandise arrivera du Nord de l’Ontario et sera acheminée par train à raison de trois convois de 25 wagons par semaine en moyenne. Une fois par mois, les granules de bois seront acheminées, par bateau, vers le Royaume-Uni et seront utilisées comme énergie de substitution au charbon pour les centrales thermiques. «On parle d’une intermodalité bateau-train, on parle d’un projet à faible empreinte écologique. Il n’y aura aucun camionnage de prévu», explique Johanne Lapointe.

Plus de 20 M$ d’investissement

Ces constructions représentent, pour Arrimage Québec, un investissement de plus de 20 M$. Le projet créera 260 emplois pendant la construction et plus d’une centaine d’emplois permanents par la suite. D’après l’Administration portuaire de Québec, sur dix ans, ce projet devrait générer des revenus de taxes et d’impôts gouvernementaux supplémentaires de près de 32 M$ et des taxes municipales additionnelles de l’ordre de 5 M$.

«Ce projet correspond à l’orientation choisie par l’Administration portuaire de Québec pour le secteur de l’Anse au Foulon, c’est-à-dire, du vrac nature. Il y a déjà un terminal de produits céréaliers et l’on ajoute des granules de bois», confie Johanne Lapointe.

«Le terminal de granules de bois est un exemple concret d’un projet de qualité qui crée de la richesse dans le respect de l’environnement et de la communauté. Le terminal de granules de bois est une infrastructure d’exportation à la fine pointe de la technologie dont les effets environnementaux ont fait l’objet d’une étude exhaustive et qui permettra de créer de la richesse ici. À Québec. C’est précisément ce type de projet que nous souhaitons pour assurer le développement du Port de Québec», conclut Mario Girard, président-directeur général de l’Administration portuaire de Québec.

À lire également : Les silos de la discorde.

Le Québec Express, membre du groupe Québec Hebdo

La construction de deux silos, qui feront environ 45 mètres de haut, s’est amorcée à l’Anse au Foulon, le long du boulevard Champlain.

(Photo Isabelle Le Maléfan)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *