uncategorized
13:54 6 février 2016 | mise à jour le: 6 février 2016 à 13:54 temps de lecture: 3 minutes

Un succès pour la Coupe des sciences 2016

EXPÉRIENCES. La neuvième édition de la Coupe des sciences de l’Université Laval a lieu du 1er au 3 février derniers dans le Grand Salon du pavillon Alphonse-Desjardins ainsi que dans la salle Hydro-Québec. De l’avis des deux présidents, l’événement a encore une fois été un succès.

Selon Gabriel Perron, les choses se sont bien déroulées, malgré quelques petits ajustements. «La première journée, on travaille vraiment plus fort. Quand on prépare les expériences, c’est difficile de savoir d’avance ce que les jeunes ne comprendront pas bien. La première école est toujours un peu cobaye.» Son collègue à la présidence, Joël Boismenu-Lavoie est du même avis. «Rendu à la deuxième et troisième journée, ça va vraiment mieux.»

Pour l’édition de 2016, 69 équipes formées d’élèves des écoles secondaires de la région se sont partagé trois journées de défis scientifiques. Le 2 février, soit la deuxième journée de la Coupe, 29 équipes du collégial ont aussi tenté l’expérience.

Un parcours en trois temps

Chaque équipe avait trois défis à relever pour amasser le plus de points possible pour avoir le titre de champion.

Pour la première épreuve, les scientifiques en herbe devaient fabriquer un filtre à travers lequel on faisait couler de l’eau. Le filtre devait laisser passer les sphères représentant des déchets, tout en conservant les sphères qui représentaient des canneberges. Les «fruits» se voyaient ainsi filtrés de tous les composants indésirables.

Le deuxième défi en était aussi un de filtration, mais de nature différente. Les participants recevaient une solution à base d’eau qui était colorée et devait faire en sorte d’absorber la couleur pour n’avoir que de l’eau pure à la fin. Plus l’eau avait une couleur claire, plus l’équipe marquait de points.

Quant à l’ultime tâche, il s’agissait plutôt de réflexion et de recherche. Les participants devaient trouver des réponses à partir de crânes et d’ossements d’animaux à des questions comme «quel était cet animal ou à quelle époque a-t-il vécu?» C’est avec l’aide d’informations et de microscopes que les jeunes ont pu effectuer ces recherches.

Après les trois heures imparties, chaque équipe devait faire la démonstration de ses résultats devant les autres équipes présentes pour la journée ainsi qu’un panel de quatre juges. Les critères étaient basés sur l’originalité, l’ingéniosité, la présentation et les réponses aux questions des juges. Pour chaque journée (trois pour le secondaire et une pour le cégep), une équipe était sacrée championne de la Coupe et une autre recevait le prix du jury.

Propulser la relève

Pour l’enseignant des sciences à l’école secondaire Roger-Comtois, Christian Véronneau, la Coupe des sciences est une très belle expérience pour les élèves. «C’est la quatrième fois qu’on vient ici et c’est toujours extraordinaire. Il y a un esprit de camaraderie et les jeunes peuvent faire des expériences qu’on ne peut pas faire à l’école.»

Pour les élèves, l’expérience a semblé très enrichissante. «C’est une très belle expérience. Ça nous permet de développer notre côté scientifique. Mon expérience préférée a été la deuxième, celle où il fallait filtrer l’eau colorée.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *