uncategorized
21:08 16 août 2011 | mise à jour le: 16 août 2011 à 21:08 Temps de lecture: 3 minutes

Un château dans la cour de Danielle Dionne

Danielle Dionne réside à Château d’Eau depuis toujours. Née tout près du pont surpomblant la rivière Saint-Charles, elle habite depuis une trentaine d’années une demeure sur la rue des Vieux-Pins. Assise sur son balcon arrière, la rivière à ses pieds, elle a les yeux rivés en direction du château d’eau.

On a toujours été à l’ombre du château », lance-t-elle avec admiration. Même que le bâtiment de pierres a figuré sur de nombreux dessins de son fils Guillaume lorsqu’il était plus jeune. En réponse aux questions de la professeure, la mère a répondu sans détour à l’époque: « on a un château dans la cour ».

Les points d’attraction à travers le monde, comme les fontaines, sont souvent des lieux de ralliement. Il semble que l’édifice a eu le même effet ici. L’an passé, les anciens et actuels résidents du secteur de Château d’Eau se sont rassemblés dans le cadre de retrouvailles. Mme Dionne, membre du comité organisateur, s’est remémoré toutes sortes de souvenirs du passé en compagnie d’anciens voisins. L’événement a prouvé à Mme Dionne qu’elle n’était pas la seule à ressentir cette fierté d’avoir grandi et d’habiter le secteur. «On s’est toujours senti privilégié. Le fait que la nature soit si belle, c’est un lieu paradisiaque», confie-t-elle.

Nul besoin d’expliquer pourquoi elle apprécie tant son lieu de résidence. La nature qui l’entoure fait la fierté du secteur. Mme Dionne représente la troisième génération à habiter le coin. Elle connaît le cours d’eau par cœur. «La rivière est changeante, c’est un spectacle en évolution. C’est toujours avec un immense plaisir que je reviens chez moi», ajoute-t-elle.

Un souvenir précieux bien gravé à sa mémoire est la plage près du barrage. Le site a bien changé depuis les années 60. «Avant c’était une plage de sable, se rappelle-t-elle. J’ai appris à y nager, les gars s’amusaient à nous faire peur sur le pont de corde et de bois.»

Mme Dionne apprécie les maisons ancestrales. Elles ont un cachet qui mérite d’être sauvegardé à ses yeux. «Si j’avais du temps, j’aimerais lancer une association pour la protection du patrimoine bâti. Si on est capable de partager l’amour que l’on a pour ce qui nous entoure, il y a peut-être des chances que ça perdure, que les gens les conservent», conclut la résidente de Château d’Eau, devenu maintenant Loretteville.

L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *