uncategorized
20:06 26 septembre 2011 | mise à jour le: 26 septembre 2011 à 20:06 temps de lecture: 3 minutes

Retour dans les années 1970: un festival en l’honneur de la pantoufle à Saint-Émile

Alfred Cloutier ltée, Eugène Cloutier inc, Gérard Pageau ltée, Bastien Bros, Hilaire Barbeauinc, Émilien Fréchette et Auclair inc et Martineau sont des usines ayant joué un rôle important dans La Haute-Saint-Charles. À une certaine époque, Lac-Saint-Charles, Sainte-Émile et Loretteville ont vécu au rythme des industries de la chaussure souple, des souliers et des gants. Les manufactures, maintenant moins nombreuses aujourd’hui, ont été jadis un secteur économique important pour la région puisqu’après la journée de travail, de nombreux Émilois, jeunes et grands, continuaient à confectionner le laçage ou le perlage des mocassins à la maison. C’est dans cet univers qu’est né le Festival de la pantoufle.

«Près de 500 personnes pouvaient assister au couronnement de la Miss Pantoufle. Il n’y avait pas beaucoup d’usines qui ne participaient pas», commente l’un des présidents ayant œuvré au sein du comité, Roger Barbeau. L’événement avait pour but d’amasser des fonds par les Chevaliers de Colomb de Sainte-Émile en vue de distribuer les sommes aux organismes du milieu. Chaque usine présentait une candidate, une employée de l’entreprise. Ces dernières étaient accompagnées d’un chevalier et devaient participer aux activités pendant une période d’une quinzaine de jours. L’apogée de l’événement était le couronnement de la Miss Pantoufle. «C’était l’industrie principale, les gens travaillaient à la maison et même les enfants aidaient au retour de l’école, ce qui a fait que Saint-Émile n’a jamais été une paroisse très pauvre», explique M. Barbeau qui a lui-même travaillé dans un commerce de ce domaine, Auclair et Martineau. Une entreprise où il est devenu copropriétaire de 1979 à 1995. Auclair et Martineau a produit jusqu’à 7000 paires de pantoufles de vinyle par jour. Aujourd’hui, l’entreprise s’est tournée vers les souliers et les bottes d’hiver. «L’Asie et l’Inde sont venues chercher le commerce», déplore-t-il.

Puisque tout le monde mettait la main à la roue, la confection de souliers souples a constitué le gagne-pain de nombreuse famille de La Haute-Saint-Charles en plus du salaire gagné durant la journée à l’usine.

De 1966 à 1973, le Festival de la pantoufle a témoigné de l’importance de l’industrie dans le secteur. Les patrons des manufactures ont participé à l’événement non seulement par leur présence, mais également financièrement. Puis en 1973, les bénévoles étant essoufflés en raison des nombreuses activités se déroulant à Saint-Émile, le festival a été abandonné.

La programmation comprenait des tournois de balle-molle, un bal de Miss Pantoufle, un banquet d’honneur et une soirée de clôture à la Salle Bosanova.

Un spectacle du Chœur Gospel Célébration de Québec a lieu le 15 octobre à 20h à l’église Saint-Émile dans le cadre du cinquantième anniversaire du Festival d’hiver de Saint-Émile. Info: 418-842-4476 ou 418-580-1295. L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *