uncategorized
16:28 9 septembre 2011 | mise à jour le: 9 septembre 2011 à 16:28 temps de lecture: 3 minutes

La famille Paquet présente depuis près de 300 ans à Neufchâtel

Juliette Paquet a fait il y a 43 ans un retour à Neufchâtel, le secteur qui a vu naître près de dix générations Paquet et Pasquier. Après une courte discussion, le chat sort du sac. Son attachement à son quartier est un héritage légué de son père Pierre Paquet au sens propre et figuré.

«C’est une volonté de mon père. Avant son décès, il a fait cadastrer pour ses enfants des terrains. Il voulait qu’il y ait une appartenance au coin, un bien ancestral peu importe l’orientation de vie des descendants», explique la dame habitant une coquette résidence située sur la rue Philippe-Pasquier. Mme Paquet a demeuré avec son mari Adrien Lantier pendant quatre ans au début de leur union avant de déménager à Neufchâtel. «Ça a été comme un élan naturel», décrit-elle.

Près de 43 ans ont passé et Neufchâtel est toujours son petit coin de paradis. Le paysage à bien changé depuis les sept dernières années. Les champs et les fermettes ont été remplacés par de nombreuses constructions résidentielles, un changement rapide en peu de temps. «Ce qu’il me manque ce sont les espaces verts, note-t-elle. Avant il y en avait plus. La ville nous a rejoint ce qui était auparavant la campagne en milieu urbain. On a apprécié ces années [où la population était plus dispersée]. C’est maintenant autre chose. Je vis très bien avec ça, j’aime le contact avec les gens.»

Le geste de léguer une terre ancestrale à chacun de ses enfants pour Pierre Paquet a sûrement eu une incidence sur la présence d’un sentiment d’appartenance. Jusqu’à tout récemment, les rencontres biannuelles se déroulaient à la maison ancestrale, située sur le boulevard Saint-Jacques, habitée par Léon Paquet qui avait à l’époque pris la relève de la ferme. «C’était important de le faire là», ajoute Mme Paquet.

Le travail était important dans la famille et la vie pas toujours facile sur le boulevard Saint-Jacques. La droiture, l’honnêteté et l’honneur sont trois valeurs ayant fait partie de l’éducation transmise aux enfants Paquet. Pierre Paquet étant très impliqué et les enfants ont imité le chef de la famille en perpétuant son geste au sein des différents mouvements à Neufchâtel.

La rivière constitue le petit bijou de Juliette Paquet. Un souvenir cher qu’elle conserve de son enfance est le bruit de l’eau au printemps. «Quand on commençait à ouvrir les fenêtres, le bruit de la rivière, c’était spécial. C’est un moment que l’on ne peut pas oublier», mentionne celle qui participe à l’organisation des festivités entourant le 50e anniversaire de la paroisse Saint-André-de-Neufchâtel.

 

Mon coin de paradis

Les différents secteurs du territoire de L’Actuel regorgent de résidents fiers de leur lieu de résidence. Amoureux de leur quartier, quelques-uns d’entre eux nous partagent leur coup de cœur. Si vous avez en tête une personne à nous proposer, faites-nous signe au: redaction_quebec@transcontinental.ca

L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *