uncategorized
18:43 4 juillet 2018 | mise à jour le: 4 juillet 2018 à 18:43 Temps de lecture: 3 minutes

La Butineuse se verdit encore plus

En plus du toit jardin habituel, l’organisme La Butineuse de Vanier a maintenant aménagé un jardin intérieur au sous-sol de son établissement. Un projet éducatif qui permet de produire encore plus de légumes et fruits maison.

La variété de produits cultivés est large.

Photo gracieuseté – La Butineuse

Les jardins sur les toits sont de plus en plus populaires. Économiques et écologiques, ils permettent de s’alimenter en produits frais et sains tout en réduisant les coûts. Le traiteur à mission sociale La Butineuse met en place son toit jardin depuis 2012. Mais avec le climat du Québec, la saison est de courte durée. C’est dans le but de pouvoir cultiver leurs légumes à longueur d’année que La Butineuse a mis sur pied un premier essai de ferme verticale au sous-sol de la bâtisse.

«Avec le toit jardin qui fonctionne comme sur des roulettes, nous cherchions à prolonger la période de production d’aliments frais. Résultat : après de multiples recherches, nous avons apprivoisé le monde de la culture verticale», explique Mathieu Bernier, directeur général de La Butineuse.

Apprivoiser la culture hydroponique

La Butineuse innove avec son jardin intérieur, aménagé au sous-sol de son établissement

Photo gracieuseté – La Butineuse

Chou kale, pak choy, basilic, laitue, menthe, persil, ciboulette, mesclun… bien des choses peuvent maintenant pousser chez La Butineuse. Nouvelle pour l’organisme, cette technique de culture demande toutefois un apprentissage de la part de l’équipe, à partager avec les enfants et habitants du quartier. «La culture hydroponique est nouvelle pour nous, mais nous sommes de vrais crinqués, assoiffés de connaissances, de nouvelles façons d’éduquer, d’accompagner en sécurité alimentaire et en saine alimentation», soutient M .Bernier. Le projet éducatif permettra aux enfants fréquentant La Butineuse de suivre l’évolution de la production toute l’année.

Nourrir la mission

Cultiver ses légumes apporte beaucoup plus qu’une simple récolte à l’organisme.

«Le fait de cultiver nos légumes est une preuve d’empowerment individuel, une preuve qu’il est possible et souhaitable de s’occuper de sa destinée plutôt que de la confier aux mains des autres.» Le projet a pu recevoir l’appui financier de la Ville de Québec, de la Fondation Saison Nouvelle ainsi que la chorale Les Loriots de Cap-Rouge afin de voir le jour. «Nous pensons être en mesure non seulement de consolider ce nouvel actif au service de la mission de base de La Butineuse, mais aussi de faire entrer cette ferme dans l’autofinancement de notre organisme», ajoute le directeur.

Le toit-jardin se poursuit

Pas question de mettre le projet de toit jardin de côté pour autant. Il compte maintenant 225 pots. On y fait pousser une grande variété de produits: tomates, poivrons, concombres, courgettes, piments, cerises de terre, bleuets, framboises, cassis, kiwis miniatures, basilic, thym, origan, persil, des fleurs comestibles, etc. «Nous préparons le tout dès la fin mars avec des semis au sous-sol de La Butineuse. Nous les préparons avec les enfants qui fréquentent l’organisme le midi, en leur montrant comment faire pousser les fruits ou les légumes qui pourraient leur donner de la nourriture l’été venu.»

Depuis 2012, La Butineuse installe un jardin sur son toit.

Photo gracieuseté – La Butineuse

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *