uncategorized
21:29 20 décembre 2006 | mise à jour le: 20 décembre 2006 à 21:29 temps de lecture: 3 minutes

Fabriquer du papier à l’école

Une vingtaine d’élèves de l’école de l’Accueil à Saint-Émile en savent maintenant plus sur les secrets de fabrication du papier depuis que leur école a mis sur pied une micro-entreprise qui vient tout juste de joindre les rangs du réseau québécois.

En entrant dans le local de la micro-papeterie mise sur pied par l’établissement de la Commission scolaire de la Capitale, on se croirait tout droit dans le décor d’un film futuriste dans lequel figurent des enfants vêtus de sarraus et occupés à des tâches spécialisées comme s’il s’agissait d’adultes prématurés…

Si l’image frappe au premier regard, elle tarde toujours à se dissiper lorsqu’on se met à échanger avec les employés de cette étrange entreprise. Aussi sérieux que des manœuvres en fonction à la Stadacona, les jeunes s’affairent à leurs tâches respectives en accordant une attention minutieuse à chacun de leurs gestes.

D’abord, on effectue le tri des couleurs à même les bacs de papiers recyclés. Ensuite, une deuxième équipe s’occupe de réduire les piles de papier triées en les dirigeant vers un déchiqueteur. Après 24 heures de trempage, les résidus de papier sont mélangés dans un bac à l’aide d’une perceuse.

Une quatrième faction spécialement attitrée au broyage des papiers s’exerce sur deux mélangeurs électriques. Après quoi une autre équipe s’occupe de la mise en forme de la pâte à l’aide d’un tamis et d’une éponge. Par la suite, les jeunes procèdent à l’essorage et au séchage des feuilles pour une durée de 24 heures. Enfin, une dernière corvée s’impose: le repassage.

Une fois toutes les étapes de fabrication achevées, les jeunes transmettent les feuilles de papier à une équipe de peintres qui ont pour mandat d’y ajouter de la couleur. Une dernière étape qui permet de transformer les feuilles de papier en cartes de Noël où sont illustrés des bonhommes de neige, des moutons ou encore le Père Noël. «On fait ça tous les jours sur l’heure du dîner et des fois le soir», explique Ysanne Michaud-Simard, attitrée aux commandes de cartes.

Le jour de la conférence de presse, la papeterie avait jusqu’alors fabriqué près de 600 feuilles de papier à partir des rebus de l’école. La journée était aussi un prétexte parfait pour souligner l’entrée de l’école de l’Accueil au sein du Réseau québécois des écoles micro-entreprises environnementales (RQEMEE).

Grâce à l’entrée de cette nouvelle recrue, le réseau compte désormais 59 écoles et 20 000 élèves au Québec. L’école de l’Accueil constitue également la troisième école de la Commission scolaire de la Capitale à joindre le réseau, à côté notamment de l’école Chanoine-Côté de Vanier.

D’ici Noël, les élèves de l’école étaient invités à présenter leurs suggestions de noms pour la nouvelle micro-entreprise spécialisée en papeterie. Celui-ci sera dévoilé prochainement.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *