uncategorized
20:35 24 octobre 2009 | mise à jour le: 24 octobre 2009 à 20:35 temps de lecture: 3 minutes

Un demi-siècle d’existence pour les Éclairs de Québec

Le plus vieux corps civil de la province, les Éclairs de Québec, célèbre son 50e anniversaire de fondation cette année. Pour l’occasion, une journée de retrouvailles en compagnie des 4500 anciens membres aura lieu le 22 mai prochain à l’aréna Les Saules.

Le comité organisateur souhaite d’ici-là retrouvé tous les adultes ayant participé au corps musical depuis 1960. Une présentation par décennie musicale et un souper se dérouleront lors du grand rassemblement, présidé par le maire de Québec Régis Labeaume. Les corps étant peu nombreux dans la province de nos jours, l’activité permettra également de faire découvrir l’existence de l’organisme afin de recruter un plus grand nombre de membres. L’événement risque de redonner le goût à la musique aux anciens. «J’en suis un bon exemple. J’ai participé au corps dans ma jeunesse et j’ai eu de nouveau la piqûre il y a deux ans. Rejouer me rappelle de beaux souvenirs. Je crois qu’il va y avoir des étoiles dans les yeux des participants en mai», explique l’une des responsables du comité du cinquantième, Mélanie Côté.

Le groupe actuel, constitué d’une quarantaine de jeunes âgés de 9 à 20 ans, est dirigé par le tambour major, Raphaël Dubois. Ce dernier assume la direction en collaboration avec Marie-Ève Couture et Julie Gingras. Moyennant des frais d’inscription, le jeune se verra confier un instrument et participera à des concerts et des défilés au Québec, au Nouveau-Brunswick et aux États-Unis. «On les accueille alors que certains n’ont jamais touché à un instrument. Les jeunes aiment beaucoup les participations aux défilés», ajoute la responsable des Éclairs, Hélène Drolet. Les apprentis musiciens apprendront à jouer des pièces et la méthode de marche, le tout à raison de deux répétitions par semaine. Chaque année, le corps des Éclairs de Québec participe activement aux concerts sur les plaines d’Abraham et au défilé du Carnaval de Québec.

L’organisme offre une variété impressionnante d’instruments de la trompette aux nombreuses percussions. L’apprentissage de la vie sociale dans un corps musical sensibilise les membres à une panoplie de valeurs comme l’importance du travail d’équipe, la discipline et la fierté d’appartenir à un groupe. «La participation d’adolescents au sein corps musical leur permet d’apprendre certaines notions liées à la discipline. Plusieurs d’entre eux m’ont avoué que l’expérience des Éclairs avait été déterminante dans leur vie», constate le tambour major, Raphaël Dubois. Même son de cloche de la part des deux trompettistes des Éclairs quant à l’engouement. Marianne Grenier, 11 ans, et Ariane Langevin, 10 ans, apprécient visiblement l’expérience de groupe. «Le corps nous permet de relever des défis en groupe, mentionne Ariane Langevin. Nous rencontrons beaucoup de personnes de notre âge et en plus, on s’amuse en jouant de la musique.»

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *