Uncategorized
16:00 2 février 2012

Plus de 300 jeunes à l’Hiver-o-don à Château-d’Eau

Les élèves de l’école primaire de Château-d’Eau ont relevé le défi de l’Hiver-o-don hier. Ils ont bravé les dix centimètres tombés plus tôt dans la journée et le vent afin de réaliser leur mandat.

Un diaporama est en ligne pour illustrer la journée: Diaporama

C’est que leur exploit sportif a été commandité par des proches afin de recueillir des fonds pour le projet Santé, Art et Culture (SAC) et l’aménagement d’une nouvelle cour d’école. Au menu: 60 minutes de marche, de raquette, de ski de fond ou de patin. L’idée est de faire bouger les élèves dans le cadre d’activités hivernales.

Depuis le début du mois de janvier, des parents bénévoles de l’Organisme de participation des parents (OPP) et l’enseignant de première année et responsable de l’Hiver-o-don, David Girard, ont mis la main à la pâte afin de préparer et d’entretenir la patinoire ainsi que les glissades en vue de l’événement. «On est prête», a lancé Gabrielle Paré en lassant ses bottes de ski de fond. Emmitouflés dans leur habit de neige, les jeunes ont affronté l’hiver pour une randonnée de cinq kilomètres. «On a nos foulards, nos tuques et nos mitaines», répond Marie-Soleil Boulianne en direction du sentier. Une quarantaine de grands-parents et des parents ont donné un coup de main à l’organisation de l’activité.

Au retour, des parents leur ont remis un chocolat chaud ou un bouillon réconfortant, histoire de réchauffer les joues rougies par le vent. Samuel et Olivier Perron sont catégoriques. L’activité est plaisante et la participation de toutes les classes pour une même cause a rendu l’effort plus encourageant. «C’était plus relaxe que dans notre cours d’éducation physique normal», lancent en cœur les deux frères. Un écusson a été remis à chaque participant de l’Hiver-o-don, un symbole que le jeune pourra afficher fièrement devant les commanditaires.

«C’est un virage pour faire bouger nos jeunes. Pour le faire, il faut se donner des moyens», explique la directrice, Alexandra Guay. L’école de la Haute-Saint-Charles demande aux élèves, dans le cadre d’un devoir, de pratiquer une activité physique en famille pendant une trentaine de minutes par semaine. La passion des sports peut ainsi être contagieuse et devenir une affaire de famille.

Le deuxième moyen trouvé est une activité annuelle de financement. En 2010, un Chant-o-don a permis d’amasser 9529$. Sur une immense estrade en neige et sous une panoplie d’éclairages, des chanteurs de l’école Château-d’Eau ont offert un concert de Noël. Une somme de 7652$ a été comptabilisée, cette année, pour l’Hiver-o-don.

L’établissement a ainsi pu acquérir une trentaine de claviers et un nombre semblable de guitares, sans oublier le matériel sportif. Les fonds permettent de financer les activités SAC. Un projet d’aménagement de la cour d’école est également en branle. Élaborée en trois phases, la réalisation débutera dès le printemps. Un terrain en gazon synthétique de 20 mètres par 40 mètres et un support à vélo galvanisé pour faciliter les déplacements apparaîtront à la fin de l’année scolaire. «C’est rare que les terrains soient aussi grands que ça dans les écoles primaires», se réjouit Alexandra Guay. D’ici 2014, des zones de jeux pour les petits et une mise à jour des modules de jeux actuels sont au programme, tout comme la revitalisation du boisé en vue de l’exploiter et la création d’une piste cyclable dans la cour.

 

L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Isabelle Chabot


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette