Uncategorized
21:12 8 décembre 2012

Amplisson 3: Vivre l’expérience du studio d’enregistrement

Près de 80 vedettes du rock ont vécu une fin de semaine hors du commun. Dans le cadre de l’activité parascolaire Amplisson, les jeunes sont entrés en studio d’enregistrement à Pedestal Productions dans Sainte-Foy.

Lors du passage de l’Actuel, le groupe 11 Volts était en action. Les onze jeunes ont enregistré la pièce 1990 de Jean Leloup. Une petite étincelle rayonnait dans les eux des musiciens et chanteurs. «Je m’attendais à ce que l’on soit dans la même pièce. L’expérience est le fun. C’est un peu stressant», explique avec surprise Audrey Massé qui expérimente pour la première l’enregistrement en studio. Cette dernière a trouvé la journée passionnante. L’élève de l’école de L’Arc-en-Ciel reconnaît qu’il s’agit d’une chance que peu de jeunes peuvent vivre.

De vendredi à dimanche, six groupes se sont succédé afin de permettre la captation d’une quinzaine de pièces au total. De ce nombre, deux chansons sont des compositions écrites lors d’un atelier d’été et la moitié des pièces sont en français. Le disque devrait s’intituler Amplisson 3, selon Frédéric Gagnon, l’un des animateurs du projet musical. Le lancement est prévu en janvier prochain.

Les participants provenant des écoles primaires de L’Arc-en-Ciel et de L’Aventure ainsi que quelques-uns de niveau secondaire se sont lancés dans l’aventure à la mi-septembre. L’objectif du projet musical est de donner la chance à des enfants âgés de huit à douze ans de développer leur talent musical. Les 78 élèves ont été répartis pour former les groupes: Soda’z, Zélectrox, Maxibeat, Lar, Rythmix et 11 Volts.

Questionné au sujet de la mouture Amplisson 3 comparativement aux derniers groupes, Frédéric Gagnon constate l’évolution. «Cette année, on a vraiment de quoi de trippant, lance-t-il. Maintenant, le projet est connu et on voit dans quoi ils s’embarquent. Ils ont le goût de jouer de la musique et ça avance plus vite. On atteint des niveaux que l’on ne pensait pas nécessairement atteindre.» Un exemple: la partition jouée par la bassiste de deux mois d’expérience, Marjorie Lamarre. Il s’agirait de l’une des plus difficiles pour la base, selon M. Gagnon.

Les musiciens et chanteurs sont encadrés cette année par Frédéric Gagnon, Jean-François Leblond, Jean-Sébastien Boies ainsi que Jean-Christophe Boies. Leur rôle: faire naître l’étincelle. «On ne fait pas juste de la musique. On allume un feu. On travaille l’estime de soi, la confiance et le travail d’équipe», complète Frédéric Gagnon.

La formule semble plaire puisque l’école L’Escabelle à Neufchâtel emboîtera le pas et s’ajoutera aux établissements scolaires participants en février prochain. Les repsonsables estiment à prêt le nombre d’une centaine de jeunes. L’an passé 54 élèves ont pris part au programme.

 

Pour connaître comment s’est déroulé le lancement d’Amplisson 2012, vous pouvez lire le texte : L’école du rock dans la Haute-Saint-Charles 

L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *