Uncategorized
15:00 30 décembre 2012

Passionnés en classe et sur la scène

Les écoles fourmillent de passionnés. Il s’agit d’élèves, de techniciens, du personnel administratif et d’enseignants. Ils ont en commun un goût prononcé pour une activité, un engouement les poussant à rester plus tard après le boulot, les cours ou durant le week-end.

Trois enseignants de l’école secondaire de Neufchâtel constituent de bons exemples. Nicolas Thériault est connu par la plupart des jeunes comme professeur de mathématique. Certains de ces élèves, par contre, ont découvert une autre facette de l’enseignant. Nicolas Thériault fait de la musique dans un groupe d’employés de la Commission scolaire nommé Effets secondaires. À l’école, il est responsable des sélections pour Les arts de la Capitale et Secondaire en spectacle.

Malgré les heures investies, l’implication se fait naturellement. «C’est instinctif. C’est un intérêt tellement puissant pour moi», raconte Nicolas Thériault qui est aussi un ancien élève de l’établissement scolaire. Ce dernier est témoin d’étapes charnières dans la vie des jeunes puisque plusieurs d’entre eux découvrent un talent ou un intérêt dans les arts de la scène lors des auditions. «J’ai vu près de 50 élèves en audition et j’ai maintenant 50 nouveaux jeunes qui me saluent dans le corridor», constate-t-il.

Ce type d’activités parascolaires nourrit autant le responsable que l’élève en créant des liens. «Ça permet de décompresser et d’avoir un contact différent avec les élèves. Avec ce lien, on a moins besoin de faire de la discipline. Les élèves nous le rendent bien», poursuit Daniel Boudreault. L’enseignant de maths est en charge de comédies musicales.

Karine Germain, chargée du cours Univers social, propose du théâtre aux élèves de deuxième secondaire à l’extérieur des classes. Pourquoi? La raison est simple, elle a aimé en faire lorsqu’elle était adolescente. «C’est vraiment parce que je tripais au secondaire», précise-t-elle. C’est un peu l’occasion de redonner au suivant.

Mme Germain les guide tout au long de l’année pour la présentation d’une pièce. «Ils changent beaucoup. C’est une chance d’être témoin. Ce n’est pas du tout la même relation qu’en classe», conclut l’enseignante.

 **

L’école: plus que des cours

 L’Actuel fait son entrée au secondaire. Le journal visitera les écoles secondaires publiques de Vanier, Neufchâtel, Loretteville et Duberger-Les Saules au courant de l’année scolaire 2012-2013. <@Li> L’école: plus que des cours<@$p> fera découvrir aux lecteurs la vie étudiante à l’extérieur des classes. En collaboration avec les techniciens et les techniciennes en loisirs des établissements scolaires, L’Actuel révélera les petites perles réalisées en activités parascolaires et pédagogiques. (NDLR)

L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *