Uncategorized
19:46 7 mars 2012

L’école Ts8Taïe représentée à l’Expo-sciences autochtone

Quatre élèves de l’école Ts8Taïe représenteront la nation huronne-wendat les 20 et 21 mars à l’Expo-sciences autochtone (ESA) – Québec. Isabelle Huot, Yohan Gros-Louis, Alexandrine Racine et Christopher Bilodeau, accompagnés d’une enseignante, Jacinthe Landry, et de deux parents, tenteront de rentrer de Maniwaki avec les honneurs.

Et il semble que tous les espoirs sont permis. «On se démarque chaque année. On gagne la première ou la seconde position autant en cinquième qu’en sixième année», fait valoir le directeur de l’école Ts8Taïe, Richard Dussault. Cependant, avec les années, la compétition est devenue plus féroce. Les enfants de Wendake doivent travailler d’arrache-pied pour se démarquer des autres représentants provenant des communautés autochtones québécoises.

La trappe artisanale

Dans la classe de cinquième année, les élèves ont construit après des recherches un piège traditionnel. Ils ont démontré avec l’aide du trappeur Bertrand Picard qu’une masse de 34 kilos est nécessaire pour attraper un castor. Le poids est important puisque s’il n’est pas assez lourd, il blessera l’animal et s’il est trop lourd, il brisera tout dont la fourrure, a expliqué M. Dussault.

L’arc wendat

De son côté, la classe de sixième année de Frédérick Renaud a fabriqué un arc traditionnel wendat ainsi que les flèches. Les jeunes ont dû déterminer l’influence de la tension de l’arc sur la vitesse et la distance de la flèche. La deuxième hypothèse démontrée concernait le poids des flèches par rapport à la distance parcourue. Deux matériaux ont été testés, soit l’érable et le frêne. Le dernier des deux a été choisi. Le résultat final de l’arc propose une tension de 60 livres à 28 pouces. «C’est comparable aux arcs à poulies d’aujourd’hui», a précisé le directeur de l’établissement scolaire de Wendake ajoutant que l’outil pourrait être utilisé pour la chasse du gibier encore de nos jours. Les enfants ont utilisé des plumes de dindon et des os pour les flèches.

Les quatre élèves présenteront les deux projets devant les juges lors de la compétition scientifique se déroulant à l’école Kitigan Zibi Kikinamadinan de Maniwaki.

 

L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *