Uncategorized
16:51 3 avril 2012

Des privilèges plutôt que des retenues à l’école Notre-Dame-du-Canada

L’école primaire Notre-Dame-du-Canada a célébré le 10e anniversaire du programme d’Encadrement par privilèges. Ce projet de récompenses des bons comportements a été imaginé par l’établissement scolaire afin de contrer la violence et l’intimidation. La naissance ce programme a fait des petits en inspirants une quinzaine d’écoles à travers la province.

«On a inspiré et ce qui est le fun, c’est que le système est encore là après 10 ans, il n’y a pas d’essoufflement», se réjouit l’enseignante de deuxième année, Hélène Gauthier. Avec la mise sur pied du programme d’Encadrement par privilèges, les enfants semblent plus motivés à respecter les différentes consignes.

Que ce soit de garder le silence dans les corridors ou le respect des normes quant à l’habillement, les élèves ont la chance, s’ils se comportent bien, de recevoir un coupon Privilège. À quelques reprises dans l’année, l’addition de coupons permet d’acheter un privilège, soit une activité avec un adulte, un membre du personnel ou une personne de la communauté.

«Il y a un respect qui s’établit dans l’école, ça fait un établissement scolaire avec un sentiment d’appartenance», ajoute Mme Gauthier. Avec les années, l’organisation du programme a apporté des modifications à la formule afin de solutionner des inconforts et d’offrir des activités originales.

Ainsi, plusieurs tannants s’assagissent à l’idée d’obtenir des privilèges. «Moi, je n’ai jamais été tannant, mais oui, les activités les forcent à bien agir», explique un jeune élève, Raphaël Duschene. Par exemple, cette année, un dîner soccer, une période de robotique, la construction d’épée mousse et des ateliers de coiffure font partie des choix proposés.

«Je parlais souvent pendant les cours et là, j’écoute plus et je suis plus attentive aux consignes», témoigne une ancienne élève diplômée fréquentant aujourd’hui l’école secondaire de Vanier, Émilie Valin. C’est donc des privilèges que la direction de l’école Notre-Dame-du-Canada a autorisés plutôt que d’infliger des retenues. Les problèmes de discipline ont du même coup diminué, selon la directrice Madeleine Piché. Le directeur des écoles La Source et Du Bois-Joli, André Desgagnés, a joint sa voix à Mme Piché lors de la soirée soulignant les 10 ans du programme d’Encadrement par privilèges. «Je rencontre les élèves surtout pour les féliciter», a soutenu M. Desgagnés depuis l’instauration de ce programme dans ses établissements scolaires.

 

L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Isabelle Chabot


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette