Uncategorized
18:58 2 octobre 2012

La lumière au bout du tunnel: Le Grand chemin

Érika Selesse a découvert Le Grand chemin lors d’une thérapie de dix semaines visant à contrer sa dépendance à l’alcool et les drogues. Elle célébrera sa première année de sobriété dans quelques jours.

La jeune femme de 16 ans est entrée en octobre 2011 au Centre spécialisé pour adolescent ayant une dépendance à l’alcool, à la drogue et au jeu pathologique. «La thérapie m’a sauvé la vie. La consommation, ça nous avale. Ce n’est pas facile, tu ne t’en rends pas compte. Après un an d’abstinence, je suis redevenue la vraie Érika», témoigne-t-elle.

Grâce à la Fondation Le Grand chemin, Érika a pu obtenir une thérapie gratuite. L’an dernier 88 jeunes de Québec ont pu profiter de ce service coûteux. La valeur d’une dizaine de semaines de traitement est évaluée à plus de 12 000$. «La dépendance, c’est une maladie. Ici, on m’a donné des trucs. J’ai maintenant des moyens pour gérer mes envies», explique la jeune femme de Charlesbourg.

Tournée du Grand chemin

Ce type de thérapie est offert également dans deux autres centres spécialisés à Montréal et Saint-Célestin. Afin de financer les services, un spectacle-bénéfice est présenté dans les trois régions, soit le 27 novembre à 19h au théâtre Le Capitole, le 26 novembre à Montréal et le 28 novembre à Trois-Rivières.

Mise ne scène et animé depuis trois ans par l’artiste originaire de Saint-Sauveur, François Léveillée, la soirée propose des prestations musicales et humoristiques. Cette année, le groupe The Lost Fingers, Mario Jean, le conteur et humoriste, Simon Leblanc, et l’auteur et interprète folk aux accents pop rock, Ines Talbi.

«Le mélange humour et chansons, ça marche très bien, note François Léveillée. Ça prend un peu la tournure d’un gala.» Ce dernier a fait notamment appel à un bon ami Mario Jean. L’an passé, le duo Dominic et Martin ont participé au spectacle-bénéfice. Le président d’honneur de la soirée est le président de Groupe Vertdure et des Capitales de Québec, Jean Tremblay.

Un témoignage d’Érika Selesse est aussi en ligne.

Québec Hebdo

Isabelle Chabot


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette