Uncategorized
21:23 5 janvier 2012

Le modélisme ferroviaire: précision et réalisme pour Free-Modu-Rail de la Capitale.

Au sous-sol de la Maison Mauger à Neufchâtel, neuf joyeux passionnés se rencontrent chaque semaine. Ils construisent un réseau de trains miniatures à l’échelle Ho (1:87) grâce aux différents talents de chaque membre de l’Association Free-Modu-Rail de la Capitale.

Le regroupement, partenaire de Loisirs et Sports Neufchâtel, est né en 2000, après 20 ans d’existence sous un autre nom. La philosophie a été précisée et les nouveaux modules sont construits en équipe en suivant des lignes directrices précises afin de créer une continuité. Chaque partie représente un secteur de la région de Québec de Limoilou à Charlesbourg en passant par Loretteville, sans oublier le port. «Éventuellement, on veut faire des opérations entre ces régions-là. Il va y avoir, par exemple, un transbordement de marchandises», explique l’un des membres, Pierre Watters. Le réseau comprend une scierie, des secteurs urbains ainsi que ruraux.

«On recherche la qualité, ajoute M. Watters. Quand on peint un personnage, ça doit être au poil.» Certaines bâtisses sont peintes brique par brique. L’objectif ultime est le réalisme. Les adeptes de réseau ferroviaire miniature ont un souci du détail. Les arbres sont confectionnés avec attention à l’aide de toutes sortes d’items recueillis à droite et à gauche. Il est même possible d’y apercevoir des bouleaux. «Ça fait partie du plaisir d’utiliser des ingrédients trouvés dans la maison», révèle le retraité de Loretteville. D’autres objets sont achetés via des catalogues, la sélection est effectuée afin qu’ils semblent le plus vrai possible.

Le réalisme ne s’arrête pas seulement au visuel, la luminosité et l’aspect sonore n’ont pas été mis de côté. Des lumières ont été installées afin que les lampadaires et les bâtiments éclairent l’environnement. À certains endroits, des bruits de la vie courante s’ajoutent aux nombreux tchou tchou des locomotives.

Talents multiples

«On provient tous de carrières différentes, mais ce qui nous rejoint, ce sont les miniatures. Il y a toujours une personne à qui l’on peut se référer, c’est pour cette raison qu’il peut y avoir de la qualité», convient Léandre DeCelles. Les neuf membres de Free-Modu-Rail de la Capitale se complètent grâce à leur expertise personnelle. Contrairement à d’autres regroupements, tout se fait en équipe. Les décisions sont votées en groupe et lorsque de nouveaux éléments sont ajoutés au réseau, les membres sont consultés.

Alors que Pierre Watters crée à l’aide de son pinceau, Léandre DeCelles lui montre des techniques de confection de conifères, quant à Les Halmos et Reynald Lepage, ils ont effectué les raccords des rails aux systèmes de contrôle. Pour d’autres, ce sont leurs connaissances en histoire, en photographie ou en électronique qui sont mises à profit.

«L’important, c’est de se tenir occupé et d’exprimer nos talents. Autrement dit, éloigner la mort», avoue M. DeCelles. Ce dernier soutient que le réseau ne sera jamais complété. L’entretien et la sortie de nouveaux produits permettront toujours de bonifier la création modulaire ainsi que de divertir les passionnés. Après une douzaine d’années de travail, la création compte 31 modules d’une longueur de près de 130 pieds. «On est presque prêt, il nous manque seulement des petites choses», se réjouit le président de l’association, Les Halmos.

Passionnés recherchés

Le passe-temps n’a rien à voir avec les «p’tits trains» pour enfants. «Ça fait jouet visuellement, mais au prix que les objets coûtent, ça n’en sont pas», certifie Réal Émond. La précision est importante pour le groupe puisque leur travail est fait avec sérieux et précision. Leur réseau ferroviaire miniature constitue une belle fierté pour le groupe de retraité.

Free-Modu-Rail de la Capitale souhaite accueillir de nouveaux membres. «Nous aimerions attirer, entre autres, des jeunes fanatiques d’informatique», renchérit le président. L’association permet aux amateurs de modélismes miniatures de travailler en groupe. Il est possible visiter le local sur demande. Les membres envisagent cette année de participer au Festi-Parc cet été à Neufchâtel.

Pour plus d’infos: vous pouvez contacter le président Les Halmos au 418 571-2583 ou lhalmos@sympatico.ca

Un diaporama est aussi en ligne, cliquez Diaporama

L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Isabelle Chabot


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette