Uncategorized
21:38 5 juillet 2012

Claude Tremblay livre du bonheur

Le bonheur peut se trouver sous différentes formes. Dans ce cas-ci, l’expression Heureux comme un poisson dans l’eau est à propos. Depuis dix ans, Claude Tremblay fait l’élevage de truites mouchetées et arc-en-ciel. De mai à juin, il livre des tonnes de poissons au grand bonheur des petits et grands pêcheurs.

«J’aime l’élevage et la livraison. Ce n’est pas parce que je vais être payé, c’est que l’on livre du bonheur», confie Claude Tremblay. Ce dernier et sa conjointe Hélène J. Tremblay ont acquis une entreprise de pisciculture dans la Haute-Saint-Charles comme plan de semi-retraite. Le projet a maintenant dix ans et le couple souhaite se tourner vers une autre passion et prendre du repos.

Le métier est exigeant. Le travail nécessite du temps et une présence importante auprès des bassins et des étangs. Leur entrée dans le domaine de la pisciculture n’est pas un hasard. Les deux propriétaires étaient de vrais amoureux de la pêche. «On se payait des voyages de pêche au lieu de voyages dans le sud», fait valoir M. Tremblay. Le temps de verbe n’est également pas une faute puisqu’il reste très peu de moments au couple pour s’adonner à leur sport préféré depuis leur achat. Questionné sur le sujet, M. Tremblay cite en exemple le facteur qui, à la fin de la journée, n’est pas très enclin à aller faire une marche. Et du même coup, les mets de poisson ont perdu leur popularité dans la famille Tremblay. «Quand on passe beaucoup de temps auprès des poissons, on n’a pas le goût d’en manger», dit-il en riant.

Le 2 juillet 2002, les Tremblay ont fait le saut vers un domaine qu’ils ont découvert par tâtonnements et aussi à l’aide des conseils de l’ancien propriétaire, Michel Noël. «On a décidé de plonger et d’acheter», lance l’agronome de formation ayant travaillé 25 ans en santé animale. L’entreprise a deux volets, la pêche en étang et l’ensemencement. Dans l’eau froide de la Haute-Saint-Charles, une truite mouchetée partie en œuf peut prendre deux ans avant d’atteindre la taille de vente. Sur le terrain situé sur le boulevard Valcartier, plusieurs bassins sont aménagés afin que les poissons profitent.

Le passionné a développé des trucs avec les années parce qu’effectivement, l’eau gèle l’hiver  pour les livraisons. «Ce qui m’a toujours plu c’est l’élevage du poisson», avoue-t-il. Le métier exige beaucoup d’observation, de la minutie, mais également de la polyvalence. Les réparations sont diverses de la plomberie à l’électricité, en passant par l’ébénisterie.

L’approche avec le public constitue une partie appréciée de son emploi, c’est l’occasion de transmettre un peu de sa passion. «J’aurais aimé ça enseigner, constate le pisciculteur. Le côté éducatif, ça me plaît. Ça ne me tanne jamais les pourquoi!» De fait lors de la visite de L’Actuel, le propriétaire explique avec attention à deux jeunes apprentis pêcheurs à l’étang comment tenir leur prise dans leur main. Après s’être fixé un objectif de dix ans dans la pisciculture, Hélène et Claude prendront à moyen terme du repos avant d’entamer un nouveau défi.

 

L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Isabelle Chabot


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette