Soccer
17:37 5 octobre 2015 | mise à jour le: 5 octobre 2015 à 17:37 temps de lecture: 3 minutes

Thomas Duclos: une enjambée vers l’équipe nationale canadienne de soccer

ATHLÈTE. Lors de sa dernière entrevue avec le Charlesbourg Express, en 2013, Thomas Duclos mentionnait que l’équipe nationale canadienne de soccer faisait partie de ses plans d’avenir. Voilà que, deux ans plus tard, le joueur de 17 ans revient de son premier camp de détection avec ladite formation en vue de la Coupe du monde U20 en Corée qui aura lieu en 2017.

«Ça s’est quand même très bien passé. Je connaissais les joueurs – j’ai participé à deux Championnats canadiens avec la plupart d’entre eux. Je n’étais aucunement stressé», rapporte le principal intéressé. Mais s’il se dit satisfait de sa performance, trop de variables inconnues fait qu’il y a loin de la coupe aux lèvres. «Pour moi, je trouve que j’ai fait un excellent camp. Après ça, je ne sais pas ce qu’ils veulent comme joueurs, s’ils ont besoin de tel joueur à telle position… C’est difficile à dire.»

Aussi Thomas Duclos ne s’emballe-t-il pas trop vite. Il a montré ce qu’il avait dans le ventre à l’occasion de ce camp auquel 32 joueurs avaient été invités, mais ce n’est encore là que la première étape d’un processus de longue haleine avant d’en arriver, peut-être, à porter l’uniforme de Team Canada. Son nom sur une liste à paraître le ferait ainsi passer à une deuxième étape, l’envoyant au prochain camp qui aura lieu cet automne au Mexique. «Mais même si je n’étais pas sur la liste, le processus ne serait pas terminé pour moi. Peut-être qu’ils m’inviteraient au prochain camp. C’est vraiment un long processus, ils prennent leur temps», précise le joueur de demi-centre.

Plan B

Certes, c’est le but qu’il continue de viser. «Pour mon âge, c’est le top à atteindre, l’équipe nationale.» Mais Thomas Duclos ne met pas tous ses œufs dans le même panier. L’Académie du Fury d’Ottawa, associée à l’équipe professionnelle du même nom, se dessine également dans sa ligne de mire. Pour l’athlète qui évoluait cette année dans le U18 AAA, jouer au sein de la Première ligue de soccer du Québec (PLSQ) le ferait grimper d’un échelon sur le terrain.

C’est presque dire que le Charlesbourgeois a déjà tourné la page sur une saison qui n’a pas nécessairement été à la hauteur des attentes, teintées par les ambitions qui suivent tout naturellement une participation à une compétition nationale. «L’an passé, on était allés aux Championnats canadiens, donc les équipes nous attendaient cette année. On a eu une saison un peu difficile, mais les joueurs sont quand même contents du bilan de la saison», évalue Thomas Duclos au nom de ses coéquipiers des Rapides Chaudière-Ouest, qui ont terminé au quatrième rang.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *