Soccer
13:55 30 juin 2016 | mise à jour le: 30 juin 2016 à 13:55 temps de lecture: 3 minutes

Le Défi international Trait-Carré marque des points à tous les coups

SOCCER. Le Défi international Trait-Carré battra son plein à Charlesbourg dès vendredi. Après une première fin de semaine où les équipes masculines se seront disputé les grands honneurs, les filles s’empareront du ballon du 8 au 10 juillet. Au total, ce sont quelque 260 formations de toutes catégories (U9-U18) qui, cette année encore, font de l’événement un rendez-vous incontournable pour les amateurs de soccer.

Alors que plusieurs tournois de soccer au Québec accusent une baisse du nombre d’inscriptions, le Défi international Trait-Carré maintient le cap pour sa 22e édition. «Après trois années de croissance, on atteint un certain plateau cette année avec sensiblement le même nombre que l’an dernier», se félicite le président du conseil d’administration, Luc Blouin.

De quoi, d’ailleurs, répéter la formule adoptée en 2015, celle d’ouvrir le tournoi avec les garçons et de le clôturer avec les filles. Un choix qui aura eu l’effet d’une bouffée de fraîcheur pour l’organisation qui, avec les années, a multiplié les tours de force logistiques pour répondre aux défis de la popularité. «À 230 équipes en une fin de semaine, on était rendu à la limite», indique M. Blouin en repensant à l’éparpillement corollaire parmi tous les terrains de soccer de la ville. La répartition sur deux fins de semaine aura ainsi permis de ramener la compétition à Charlesbourg.

En somme, le nouvel horaire «est plus facile à gérer en matière d’arbitres, de bénévoles, de terrains… C’est plus relax… si on peut dire!» lance-t-il dans un rire qui trahit tout le travail mené en coulisse pour garantir le succès de l’événement.

Tous gagnants

Avec un nombre accru d’équipes de l’Ontario cette année – une dizaine –, on peut d’ailleurs affirmer que les bonnes nouvelles voyagent vite et bien. Il faut dire que l’organisation fait des pieds et des mains pour accommoder les équipes, particulièrement celles de l’extérieur qui ont des frais de transport et d’hébergement à débourser.

Aussi, quand on lui demande de ne pas programmer de parties en soirée parce qu’on souhaite assister au Festival d’été, le comité organisateur acquiesce volontiers. Tout le monde y gagne – les uns en retombées économiques, les autres en reconnaissance, et les autres encore en plaisir. «Après, ils retournent chez eux et ils parlent de nous en bien», estime Luc Blouin.

Un sport populaire

En santé, le Défi international l’est donc sans l’ombre d’un doute – mais, en cela, il est à l’image du sport qu’il représente. Si l’on se fie aux inscriptions de cette 22e édition, où le nombre de filles dépasse celui des garçons, on peut même conclure que le soccer féminin se porte bien au Québec, de remarquer le président.

Parmi les équipes à surveiller, il notera par ailleurs celles des catégories U12 AA et U15 AA qui, en provenance des quatre coins du Québec, offrira une compétition relevée sur le terrain. «On a une bonne représentativité de la province.» Quant aux Kodiaks de Charlesbourg, l’excellence des équipes laisse planer chez Luc Blouin un espoir de médailles.

Pour plus d’info sur l’horaire, les lieux ou les résultats: http://www.defitraitcarre.com

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *