Soccer
20:26 30 avril 2009 | mise à jour le: 30 avril 2009 à 20:26 temps de lecture: 3 minutes

Soccer adapté : Quand la maladie n’a plus d’importance

Avec la hausse de popularité du soccer, chez les jeunes québécois, le Club de soccer des Rivières de Québec est bien populaire. Un volet méconnu, toutefois, est celui du soccer adapté, où une cinquantaine de jeunes atteints de déficiences intellectuelles se réunissent autour d’un ballon. La mise au jeu faite, la maladie n’a plus d’importance.

C’est le constat que fait l’entraîneur de cette équipe spéciale, Marie-Michèle Thériault. «C’est leur club d’appartenance. Souvent, les parents me disent que c’est vraiment une chance pour les jeunes… Sur le jeu, les maladies importent peu.»

Ainsi, les jeunes atteints de trisomie 21, de paralysie cérébrale, d’autisme, du syndrome d’Asperger, ou du syndrome de la Tourette deviennent tous et équitablement, des joueurs de soccer.

Se développent alors un sentiment d’appartenance fort, ainsi que plusieurs valeurs et responsabilités. Car ceux qui forment l’élite (les Oiseaux de feu) enseignent aux plus jeunes. Les premiers en retirent une grande fierté, les seconds, des modèles à suivre afin d’accéder à ce club formé des meilleurs.

Selon l’entraineur, qui s’occupe de ces jeunes depuis maintenant huit ans, les parents sont souvent ébahis de voir les progrès de leur propre enfant. Il arrive parfois que Mme Thériault ait à prendre la jambe d’un joueur pour lui montrer le mouvement. Une fois répété quelques fois, le joueur est ensuite capable de reproduire ce mouvement en situation de jeu, des mouvements qui étonnent, parfois, par leur précision.

L’entraineur, mère d’enfants déficients et non déficients, voit d’ailleurs dans ce sport une façon pour qu’ils se sentent tous égaux. «C’est venu normaliser la famille», dit-elle. De plus, les jeunes joueurs, lorsqu’ils arrivent à l’école, peuvent plus facilement entrer en contact avec les autres, le ballon de soccer faisant office de point commun entre ces jeunes souvent séparés les uns des autres.

Les Oiseaux de feu ont d’ailleurs bien fait lors de leur dernière compétition, à Sherbrooke. La prochaine étape sera les olympiques spéciaux provinciaux de Saint-Jean-sur-Richelieu, en juillet. Ils comptent offrir une solide performance qui leur permettrait d’accéder aux jeux nationaux de l’été 2010, à London, en Ontario. Cette dernière compétition servira de qualification pour les Jeux olympiques spéciaux mondiaux d’Athènes, en 2011.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *