Rouge et Or
00:22 1 mars 2020 | mise à jour le: 3 mars 2020 à 10:45

Rouge et Or basketball féminin: championnes provinciales et record d’assistance

Rouge et Or basketball féminin: championnes provinciales et record d’assistance
Les championnes québécoises. (Photo Métro Média - Jean Carrier)

CHAMPIONNAT. Une foule record de 1613 spectateurs a assisté au deuxième championnat universitaire québécois consécutif du Rouge et Or basketball féminin. Si celui de l’an dernier avait été acquis aisément 75 à 55 face à Concordia, celui de cette année s’est avéré très difficile à obtenir alors que les Citadins de l’UQAM ont vendu chèrement leur peau 62-54 face à l’Université Laval.

«Je suis plus émue que l’an passé. J’ai même pleuré à la fin du match! C’est ma dernière année et je ne voulais pas terminer sur une défaite. Je suis vraiment contente parce que nous avons traversé beaucoup d’adversité. Nous savions que ce serait difficile ce soir face aux Citadins alors que l’an dernier je savais que nous allions l’emporter même si je ne tiens pas à comparer les deux triomphes», affirme la grande joueuse, Khaléann Caron-Goudreau, qui a été la meilleure des siennes avec une performance monstre de 23 points en plus d’ajouter 11 rebonds à sa fiche.

La meilleure joueuse défensive du RSEQ est maintenant double championne du Québec. (Photo Métro Média – Jean Carrier)

Même son de cloche pour la meneuse de jeu, Carrie-Ann Auger, qui termine son stage universitaire après seulement trois saisons. «Je savais que c’était mon dernier match à la maison. J’étais vraiment nerveuse en début de rencontre, mais mon jeu s’est replacé en deuxième demie. J’ai beaucoup appris avec mon rôle de l’an dernier en plus de regarder des joueuses comme Sarah-Jane Marois. Ce processus d’apprentissage m’a préparé pour jouer des matchs importants et je suis tellement contente du résultat», affirme celle qui a scellée l’issue de la rencontre avec un important tir de trois points comme elle l’avait fait face à McGill en demi-finale.

Début de match difficile

Selon Guillaume Giroux, le style de basketball est beaucoup plus physique au Québec qu’ailleurs au Canada. (Photo Métro Média – Jean Carrier)

La troupe de Guillaume Giroux a pourtant connu un début de rencontre ardu alors que les visiteurs montréalais ont rapidement pris les devants derrière le brio de Véronique Boivin. La joueuse des Citadins était tout simplement en feu derrière la ligne de trois points en début de rencontre. L’ancienne gloire des Élans de Garneau a terminé la rencontre avec 17 points. Après avoir vu l’UQAM mener une grande majorité de la première demie, la formation lavalloise est passée en deuxième vitesse dans les deux dernières minutes pour retraiter à son vestiaire en avance 33-24.

«C’est assurément un moment clé de la rencontre. Leur grande joueuse Inka Aleksaite était en problème de fautes et nous n’avions pas profité de la situation pour creuser un écart. Heureusement, nous avons finalement remédié à la situation avec le tir de trois points. Nous avons entouré Khaléann avec des joueuses en mesure de tirer de l’extérieur et la stratégie a porté fruit. Frédérique Beauchamp a réussi un gros trois points et le tir de Maude Archambault à la fin de la demie était vraiment opportuniste», assure l’entraîneur-chef Guillaume Giroux.

Une réunion payante

Le pilote lavallois est revenu étrangement sur un match de saison régulière pour expliquer ce deuxième championnat. «Nous venions de nous faire humilier face à Concordia 66-51 à la maison. Il y a eu une réunion d’équipe après la rencontre. Je n’ai pas parlé beaucoup, ce sont les filles qui se sont parlées dans le blanc des yeux et nous sommes 6-0 depuis ce moment. Je suis tellement fier de l’effort des filles ce soir. Nous avons beaucoup de guerrières comme Marie-Pier Champagne ou Maude Archambault qui ont donné un effort incroyable ce soir. Nous savions que ce serait une guerre de tranchées. C’est très gratifiant d’aller chercher un championnat dans ces conditions. Je veux finalement rendre hommage à nos adversaires et spécialement à Véronique Boivin. C’est une fille de Québec et elle a joué un grand match ce soir pour l’UQAM. J’ai un énorme respect pour ce qu’elle a fait, elle n’était même pas en mesure de marcher il y a à peine deux semaines en raison d’une blessure.»

Carrie-Ann Auger poursuivra ses études à l’Université de Sherbrooke l’an prochain. (Photo Métro Média – Jean Carrier)

Championnat canadien

Avec le titre de championnes provinciales, les filles du Rouge et Or prennent maintenant la direction de la capitale fédérale pour le Championnat canadien universitaire. Même si les joueuses du Rouge et Or étaient encore en train de célébrer, plusieurs semblaient déjà prêtes à batailler pour le titre canadien.

«Je suis originaire de la région d’Ottawa. C’est une autre raison pour laquelle je voulais gagner ce soir. Je vais maintenant pouvoir aller terminer mon stage universitaire à la maison. J’ai déjà hâte d’y être. Le style de jeu est vraiment différent alors que les formations ne se connaissent pas beaucoup. C’est beaucoup plus ouvert comme jeu. Je suis excitée d’affronter de la nouvelle compétition», affirme la grande joueuse, Khaléann Caron-Goudreau, qui a son propre fan-club depuis quelques rencontres alors que parents et amis viennent la voir performer.

Pour le petit poison du Rouge et Or, Carrie-Ann Auger, il reste encore beaucoup d’énergie en réserve. «Oui, en masse! Nous sommes toutes contentes de la victoire de ce soir, mais dès demain on va se préparer pour le championnat national. Ça va faire du bien d’affronter des équipes inconnues.»

Record absolu

Le mot de la fin appartient au président du conseil d’administration du programme de basketball du Rouge et Or, Charles Fortier. «Je suis vraiment heureux pour les filles et les entraîneurs. La réponse du public pour le match de ce soir est simplement incroyable. Il y avait officiellement 1613 spectateurs, mais c’est sans compter nos joueurs de football et les personnes dans les loges. Je dirais au total qu’il y avait une foule de 1800 personnes. C’est un record absolu des séries éliminatoires en basketball dans nos installations. Le sport étudiant se porte très bien et tout le monde repart avec le sourire en remportant le championnat à la maison. C’est simplement parfait», termine l’ancienne gloire du Rouge et Or.

La tradition de couper le filet du panier après un championnat continue. (Photo Métro Média – Jean Carrier)
Rencontre au sommet entra la grande joueuse du Rouge et Or et celle des Citadins. (Photo Métro Média – Jean Carrier)
Grand moment d’exaltation. (Photo Métro Média – Jean Carrier)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *