Jeux du Québec
11:19 25 janvier 2019

Cendrine Browne doit beaucoup aux Jeux du Québec

Cendrine Browne doit beaucoup aux Jeux du Québec
Cendrine Browne lors d'une de ses nombreuses compétitions. (Photo Métro Média – Archives)

SKI DE FOND. Cendrine Browne, fondeuse olympique de Saint-Ferréol-les-Neiges, doit beaucoup aux Jeux du Québec de Blainville en 2009. Sans eux, convient la jeune femme qui aura 25 ans cette année, elle n’aurait jamais connu sa carrière qui l’a menée aux Jeux olympiques.

Résidant à Saint-Jérôme, elle avait 15 ans au moment où sa mère, Julie Bruneau, qui a fait partie de l’équipe nationale junior et concouru aux Championnats du monde juniors, lui avait suggéré de participer à la sélection des 44e Jeux d’hiver du Québec. «J’ai toujours été sportive, mais je n’en faisais pas vraiment de compétitions. J’ai accepté de relever le défi et j’ai été sélectionnée.»

Elle raconte que la veille du départ, sa mère lui a montré la technique du skate. «Je suis parti avec de l’équipement emprunté à tout le monde, il n’y avait que la tuque qui était à moi», raconte la jeune femme qui conserve encore d’excellents souvenirs de cette expérience.

«Les Jeux du Québec ont été l’élément déclencheur pour ma carrière.»
-Cendrine Browne

«Ma mère a fait des compétitions en ski de fond lorsqu’elle était jeune. Elle était membre de l’équipe nationale junior. Elle m’a transmis sa passion sans me diriger vers les compétitions, car elle avait vécu de mauvaises expériences.» Cendrine raconte que sa première descente, lors des jeux d’hiver, lui a donné une sensation qu’elle n’oubliera jamais. «J’avais l’impression de voler sur les pistes. J’avais tellement eu de plaisir que j’avais terminé la course avec le gros sourire aux lèvres ce qui m’a valu de faire la première page du journal des Jeux du Québec.»

Cet intérêt s’est développé à tel point qu’elle a pris la décision de s’installer à Saint-Ferréol-les-Neiges, il y a quelques années, afin de pouvoir utiliser plus facilement la piste multifonctionnelle de ski de fond du mont Sainte-Anne qu’elle peut utiliser à l’année. Ce fut aussi le point de départ d’une carrière qui l’a amenée aux Jeux olympiques de PyeongChang, l’an dernier, où elle a terminé 33e à l’épreuve du skiathlon, 13e au relais 4 x 5 km et 43e au 30 km départ groupé style classique.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *